2013-03-22 (jpj/ca/sdt) La Cour d’appel de Dijon confirme une ordonnance de mainlevée d’une SDT prise par le JLD de Dijon, au motif du défaut de motivation de la décision d’admission en soins sur demande d’un tiers du directeur du CHS La-Chartreuse de Dijon

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/ATTSA ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/335

Document du vendredi 22 mars 2013
Article mis à jour le 10 février 2015

De façon connexe, sur notre site, cf. : 2013-04-29 (jpj/tgi/jld) Le juge des libertés et de la détention de Strasbourg lève une mesure de soins en cas de péril imminent : la décision d’admission du directeur de l’hôpital ne permettait pas de connaître les motifs de l’internement.

Et : 2012-01-19 (jpj/jld/cm) Internement abusif : le Juge des Libertés et de la Détention du TGI de Dijon ordonne la mainlevée d’une hospitalisation sur demande d’un tiers à temps complet au motif tant d’illégalités externes relevant de la compétence de la juridiction administrative que pour des motifs d’illégalités internes.


PDF - 183.1 ko
2013-04-08 Lettre de Me Franck Petit à propos d’une ordonnance confirmative de la Cour d’appel de Dijon du 22 mars 2013

Ci-joint, avec une lettre d’analyse de Me Franck Petit, avocat au Barreau de Dijon, une belle ordonnance de la Cour d’appel de Dijon, du 22 mars 2013, qui confirme, sur un appel suspensif du Parquet, une ordonnance du juge des libertés et de la détention de Dijon prise le 20 mars 2013, de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers au CHS La Chartreuse, à l’occasion d’un contrôle obligatoire de cette mesure.

Nous retenons ces attendus de cette ordonnance du délégué du premier président de la Cour d’appel de Dijon : "… Attendu que, à si à la différence de ce qui est expressément requis par l’article L. 3213-1 du code de la santé publique pour les arrêtés d’admission en soins psychiatriques pris par le représentant de l’État, la loi ne soumet pas la décision du directeur de l’établissement à une obligation de motivation spécifique énonçant avec précision les circonstances qui ont rendu l’admission en soins nécessaires, il n’en demeure pas moins, qu’elle doit répondre à l’exigence générale de motivation inhérente à tous les actes administratifs, laquelle doit permettre d’avoir connaissance des raisons médicales qui la motivent.

PDF - 123.5 ko
2013-03-22 Arrêt de la Cour d’appel de Dijon confirmant une décision de mainlevée d’une SDT prise par le JLD de Dijon

(…) Attendu que cette absence, alors que le directeur n’a pas repris, au moins de manière synthétique, les éléments médicaux retenus par les médecins, et constituant le support de sa décision, a privé Mme X de la connaissance des motifs médicaux qui fondaient la décision d’hospitalisation complète prise à son égard.

Attendu qu’il n’est pas établi que son état de santé ne la mettait pas en mesure de recevoir ces avis médicaux ; que dés lors, quel que soit le bien fondé de la décision il doit être considéré que cette irrégularité porte atteinte aux droits fondamentaux de la personne à laquelle est imposée pour des raisons médicales une restriction à sa liberté ; que c’est dés lors à bon droit que le premier juge a ordonné la mainlevée de l’hospitalisation complète de Mme …"

PDF - 251 ko
2013-03-20 Ordonnance de mainlevée d’une SDT par le JLD de Dijon

Un effet différé est donné à cette décision, pour permettre à l’établissement de mettre sur pieds, le cas échéant, un programme de soins.

Nous prônons que de tels moyens de droit soient soulevés aussi systématiquement que possible dans les contrôles des hospitalisations sur demande d’un tiers, ou dans le cas de péril imminent devant les juges des libertés et de la détention, comme devant les premiers présidents des Cours d’appel.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

23 mai - Lettres des magistrats turcs

23 mai - Pas d'hôpital sans médecin

22 mai - Mobilisation syndicale devant les juges contre le plafonnement des indemnités pour licenciement injustifié

22 mai - Réforme de l'ordonnance de 45 : la plateforme commune des professionnels de la justice des enfants et des adolescents

22 mai - Réforme de la justice des mineurs : les professionnels de la justice des enfants et des adolescents formulent des propositions communes

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !