2013-01-29 (jpj/jld) Le juge des libertés et de la détention de Paris libère une internée d’office au motif que la Préfecture de police de Paris n’avait pas pris un arrêté confirmatif de son internement d’office à l’issue de la période d’observation de 72 heures

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/zJ41c ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/303

Document du mardi 29 janvier 2013
Article mis à jour le 25 juin 2016
par  A.B., H.F.

Sur une décision de mainlevée par la juridiction de Paris : 2012-10-09 (jpj/tgi/jld) Le Juge des libertés et de la détention de Paris lève une SDRE (ex-H.O.) au motif, entre autres, que l’interné n’a pas été mis à même de faire valoir ses observations, par tous moyens et de manière appropriée à son état.


N.b. : L’ordonnance dont il s’agit a été infirmée en appel le 1er février 2013.

PDF - 460.9 ko
2013-01-29 Ordonnance de mainlevée par le juge des libertés et de la détention de Paris (décision infirmée par la Cour d’appel de Paris)

En pièce jointe une ordonnance de mainlevée d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État (S.D.R.E., ex-H.O.), prise par le juge des libertés et de la détention de Paris le 29 janvier 2013, sur défense par Me Renan Budet, avocat au Barreau de Paris.

Le motif juridique de la mainlevée est que l’arrêté confirmatif de la mesure de soins d’office à temps complet n’a pas été pris, alors qu’il est exigé par au point II de l’article L. 3213-1 du code de la santé publique, qui mentionne que « dans le délai de trois jours francs suivant la réception (par la Préfecture) du certificat médical mentionné à l’avant-dernier alinéa de l’article L. 3211-2-2 (sur la période d’observation), le représentant de l’État dans le département décide de la forme de prise en charge prévue à l’article L. 3211-2-1, en tenant compte de la proposition établie, le cas échéant, par le psychiatre en application du dernier alinéa de l’article L. 3211-2-2 et des exigences liées à la sûreté des personnes et à l’ordre public… ».

Ce certificat, qui précède la nouvelle décision préfectorale, est celui des 72 heures. Il confirme le maintien de la mesure de soins d’office ou l’infirme, et indique les modalités de la poursuite des soins. En l’espèce, l’hospitalisation contrainte à temps complet continuait. La Préfecture de police de Paris devait donc prendre un arrêté de maintien de sa mesure de S.D.R.E. le 21 janvier 2013 au plus tard, son premier arrêté préfectoral datant du 15 janvier 2013. Faute qu’un tel arrêté de maintien ait été pris, la mesure est illégale, la mainlevée s’imposait.

Nous avons donc là un moyen de droit supplémentaire, qui contraint les Préfectures à prendre effectivement des arrêtés confirmatifs des mesures de soins sur décision du représentant de l’État, à l’issue de la période d’observation de 72 heures, si un tel maintien est prescrit.

Nous précisons que cette ordonnance a été frappée d’appel par la Préfecture de police de Paris. Nous sommes dans l’attente de la décision d’appel.



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

13 septembre - Par-delà les différences de nos statuts et de nos exercices, notre combat pour le droit à une retraite fiable, digne et solidaire est le même !

13 septembre - Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

13 septembre - Bien accueillir, ça urge !

12 septembre - Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit! Soutien à Camille Halut

11 septembre - INDÉPENDANCE DES INSPECTEURS DU TRAVAIL LES ENTRAVES NE DOIVENT PAS ÊTRE PASSÉES SOUS SILENCE !

5 septembre - 33es Journées de l'Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI), à Marseille le 17 et 18 octobre 2019

2 septembre - Nous ne battrons pas en retraite ! Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

29 août - Défense de l'AME, accès inconditionnel aux soins des migrants

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

29 juillet - Fichage des mineur·es isolé·es : le Conseil Constitutionnel ne reconnaît pas l’atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant

26 juillet - Observations devant la mission parlementaire d'information sur le secret de l'enquête et de l'instruction

26 juillet - Fusion/spécialisation des juridictions : notre courrier à la garde des Sceaux

24 juillet - Le parquet selon l'exécutif : « en ligne et à l'aise » avec le pouvoir, mais « indépendant » quand ça dérape

22 juillet - Postes de psychiatres disponibles à l'hôpital Edouard Toulouse de Marseille

19 juillet - Réforme des retraites : pas si simple et plus injuste!

19 juillet - Publication de rapports de visite

18 juillet - Réforme de l’assurance-chômage : une reprise en main de fer par l’Etat conduisant à une précarisation inacceptable des plus fragiles

18 juillet - La marchandisation du cerveau

18 juillet - A pourvoir : poste de psychiatre au Samu social de Paris

18 juillet - BAREME MACRON : UN AVIS… MAIS PAS UN COUP D’ARRET

15 juillet - Vers un renouveau du soin psychique - Soirée débat le 25 juillet 2019 à Aix en Provence

11 juillet - Après les élections

5 juillet - Observations sur la réforme de la responsabilité civile devant la mission d'information de la Commission des lois du Sénat

5 juillet - Délit de solidarité : le guide est là !