2012-12-21 (jpj/ca/sdt) La Cour d’appel de Paris confirme une mainlevée ordonnée par le JLD de Paris

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/MiFtd ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/290

Document du vendredi 21 décembre 2012
Article mis à jour le 14 février 2020
par  CRPA

Cette affaire corrobore sans nul doute les dénonciations qui ont été émises, en 2010 et 2011, par les organisations en lice contre le projet de réforme gouvernemental de 2010 de l’hospitalisation sans consentement, sur le changement de paradigme provoqué dans les prises en charge à titre libre des patients en psychiatrie. Ainsi une personne demandeuse de soins qui refuse telle prescription médicamenteuse proposée par un psychiatre, peut se voir imposer ce traitement au motif de son refus des soins et de l’urgence ainsi créée. Alors même que cette personne est venue d’elle-même demander une prise en charge…

Sur un sujet connexe, voir notre article : 2012-09-07 (jpj/tgi/jld/cn/cm) JLD d’Amiens • Mainlevée d’une SDTU pour absence de risque grave pour l’intégrité de la patiente.


PDF - 1018.5 ko
2012-12-21 Ordonnance du premier président de la Cour d’appel de Paris

En pièce jointe une ordonnance de la Cour d’appel de Paris prise le 21 décembre 2012, confirmant la mainlevée d’une mesure de SDTU (Soins psychiatriques sur demande d’un tiers, d’urgence), avec instauration d’un programme de soins, ordonnée par le juge des libertés et de la détention de Paris, le 13 décembre 2012.

Le CH Sainte-Anne de Paris avait fait appel de la décision de mainlevée avec effet différé, prise par le juge des libertés et de la détention de Paris, en demandant que son appel soit considéré comme suspensif. Or, seul un appel du parquet dans les 6 heures de la notification de la décision du juge des libertés et de la détention peut revêtir un tel effet suspensif (cf. l’article L. 3211-12-4 du code de la santé publique).

On observera, au surplus, que la magistrate déléguée de la Cour d’appel de Paris s’est opposée au développement des arguments de nullité conclus en cause d’appel pour Mme X par son avocate (Me Marie-Laure Mancipoz), au motif d’une part que Mme X était absente à l’audience d’appel sur un motif probant (un deuil), et d’autre part que de telles conclusions revêtaient le caractère d’un appel incident. L’avocate de Mme X a du désister ses conclusions. C’est tout juste si cette avocate a été autorisée à plaider…

Toujours est-il que la Cour d’appel de Paris a ainsi confirmé l’ordonnance de première instance, du juge des libertés et de la détention de Paris qui avait donné mainlevée, sur une expertise favorable, de cette mesure de soins sur demande d’un tiers sur le critère de l’urgence.

Il est il est à noter que, dans cette affaire, Mme X s’était rendue d’elle-même en consultation psychiatrique d’un hôpital général parisien, en demande de soins ; qu’il lui avait été proposé un traitement psychiatrique puissant qu’elle avait refusé eu égard à ses effets secondaires et à sa toxicité. Ce que le psychiatre de garde de cet hôpital général avait interprété comme un refus de soins plaçant sa patiente en situation d’urgence avec risque grave pour son intégrité (…). Ce praticien avait rajouté, à ses motifs d’internement d’urgence sur demande d’un tiers, le déni de la maladie et le refus des soins, alors même que Mme X était venue d’elle-même consulter et était en demande de soins. L’hospitalisation sur demande d’un tiers en urgence a donc été prescrite.

Avec une telle mésaventure, si vous vous sentez mal au plan psychiatrique, vous irez demander des soins sans ambages et le cœur léger, dans un service d’urgence de la capitale. Vous constaterez, au vu de cette affaire, que vous ne risquez rien…



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

18 février - Notre réponse à la garde des Sceaux à sa consternante missive aux magistrats et fonctionnaires de greffe

17 février - Observations du Syndicat de la magistrature devant l'Assemblée nationale sur le féminicide

17 février - Projet de loi relatif au parquet européen et à la justice pénale spécialisée : premiers pas vers une suppression du juge d'instruction ?

17 février - Une infirmière tuée à l'hôpital de Thouars (79). Premières réactions face à ce drame. « On est au bout du bout »

14 février - Manifestation à Paris des hôpitaux le 14 février

13 février - Communiqué de presse collectif pour le retrait du projet de décret sur l'open data

13 février - Soutien à l'équipe du CMMP de Poitiers et de la Vienne

10 février - APPEL USP : TOUS DANS LA RUE LE 14 FEVRIER 2020

10 février - Dr Gaël Nayt : soutien contre l'Ordre des médecins - Rassemblemenbt le 26 février à Paris

7 février - Extractions judiciaires : notre état des lieux !

6 février - Préavis de grève pour le 14 février 2020

6 février - Avis relatif à l’accès à internet dans les lieux de privation de liberté

3 février - Printemps de la psychiatrie : Psychiatrie, nouvelle offensive contre les citoyens... faisons-les battre en retraite !

3 février - 35e congrès de l'USP : Former déformer reformer, les 20, 21 et 22 mars à Paris 14e

30 janvier - CEDH 30 janvier 2020 condamnation de la France

30 janvier - Surpopulation carcérale : condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme

27 janvier - Mobilisation contre la réforme des retraites : ne nous trompons pas de combat

27 janvier - A ne pas manquer : deux clips sur la psychiatrie telle qu'elle est et ne devrait pas être !

22 janvier - Tribune inter organisations pour la défense de l'hôpital public, des établissements de Santé et d'Action Sociale

22 janvier - Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté

21 janvier - Le 1er février, fêtons les 75 ans de l'ordonnance de 1945 !

21 janvier - Représentants à la Commission d'avancement

17 janvier - Projet de suppression de conseils de prud'hommes : notre lettre ouverte à la ministre

15 janvier - Ethique à Christomaque

14 janvier - Une lettre de notre collègue Claude Schauder en défense de la psychanalyse