2012-11-24 (cm/orpu) Pour une nouvelle approche des soins psychiatriques sous contrainte • Motion sur la contrainte psychiatrique adoptée par le Syndicat de la magistrature à son Congrès des 24 et 25 novembre 2012

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/0W90X ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/283

Document du samedi 24 novembre 2012
Article mis à jour le 10 février 2015
par  CRPA

Cf. notre article précédent sur le colloque du Syndicat de la magistrature du 23 novembre 2012, qui a précédé le congrès au cours duquel cette motion a été adoptée.

Nous avons noté avec un certain plaisir qu’un certain nombre de nos propositions ont été reprises. Nous ne parlons plus dans le désert comme cela a été si longtemps le cas, dans le cadre du Groupe Information Asiles (GIA) des années 80 jusqu’à très récemment. Ces années qui, pour certains d’entre nous, ont été des années de répression, de mépris et de cantonnement, où ce que nous disions de nous, de nos actions juridiques et de nos demandes de justice, n’avait aucun sens pour nos interlocuteurs pour qui nous n’étions, au mieux, que des paranoïaques décompensés.

Nous ne pouvons que nous déclarer soulagés que des magistrats rejoignent clairement tout cette lutte juridique, et qu’ils en prennent ainsi le relais.


Message du Syndicat de la magistrature nous faisant connaître cette motion

« Mail du 5 décembre 2012, 19h08

Mesdames, messieurs, chers-chères ami-e-s,

Le Syndicat de la magistrature tient à vous remercier chaleureusement pour votre participation au colloque sur les soins psychiatriques sans consentement. La diversité de vos interventions, dont la pertinence et la richesse ont été saluées par tous les participants, nous ont permis de faire progresser notre réflexion collective.

Nous partageons tous le souci du respect des droits et de la dignité des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques contraints ; nous espérons que ces débats, auquel ont assisté plusieurs responsables politiques dont la Garde des sceaux, leur auront fait prendre conscience de l’importance des problèmes posés par la loi du 5 juillet 2011.

Vous trouverez en pièce jointe la motion votée par notre congrès, riche des analyses et propositions élaborées lors de ce colloque.

Bien cordialement.
Pour le bureau du Syndicat de la magistrature,
Xavier Gadrat, secrétaire national. »


PDF - 74.8 ko
2012-11-24 Motion sur la contrainte psychiatrique
Adopté par le Syndicat de la magistrature à son congrès des 24 et 25 novembre 2012

CONGRÈS DU SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE
24-25 NOVEMBRE 2012

MOTION

Pour une nouvelle approche des soins psychiatriques sous contrainte

Après plus d’un an d’application de la loi du 5 juillet 2011 qui a profondément modifié le droit des soins contraints, il est temps de dresser un premier bilan et de formuler des propositions.

Cette loi, comme le Syndicat de la magistrature n’a cessé de le dénoncer, reste fortement marquée par l’empreinte sécuritaire de l’ère Sarkozy ; en témoigne l’inacceptable régime dérogatoire qui, sur la base d’une supposée plus grande « dangerosité » de certaines catégories de malades, rend particulièrement difficile leur sortie ; en témoigne également l’instauration de soins ambulatoires contraints jusqu’au domicile de l’intéressé. Ce régime dérogatoire n’a que trop partiellement été remis en cause par le Conseil constitutionnel dans sa décision du 20 avril 2012.

Le rôle, sans équivalent dans d’autres pays, d’un représentant du pouvoir exécutif, le préfet (ou en urgence le maire ou le préfet de police de Paris) alors qu’il s’agit de porter atteinte à la liberté individuelle — ce au nom d’un « ordre public » dont les contours restent flous — n’a pas été remis en question, bien au contraire.

En outre, l’adoption de cette loi s’est faite dans un contexte d’imperméabilité aux expériences étrangères (telle que la législation belge) et à la recommandation européenne (Rec 2004 10) relative à la protection des droits de l’homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux.

Certes, sous la contrainte du Conseil constitutionnel, la loi a introduit un contrôle de plein droit par le juge des mesures d’hospitalisation complète prononcées par le Préfet ou par le directeur de l’hôpital, lorsque ces mesures se prolongent au-delà de 15 jours, contrôle renouvelé au bout de 6 mois.

Mais, pour permettre au juge de jouer pleinement son rôle constitutionnel de garant des libertés, encore conviendrait-il que l’institution judiciaire dispose de moyens suffisants pour appliquer le texte -ce qui est loin d’être le cas- que le malade soit pleinement informé de ses droits et qu’il puisse les exercer effectivement selon des modalités respectant sa dignité. Cela supposerait, tout spécialement, un véritable accès au juge dans des conditions compatibles avec la fragilité des personnes concernées, associé à une défense réelle, ce qui à ce jour est loin d’être assuré dans nombre de juridictions.

Par ailleurs, des aspects importants de la question ont été laissés de côté et spécialement le sort des personnes souffrant d’ »altération mentale, telle que la maladie d’Alzheimer, soumises à des enfermements non contrôlés.

Enfin, aucune réflexion sur la prise en charge globale des situations n’a été sérieusement menée : écoute des familles —afin notamment de tenter d’éviter la survenance de crise aigüe- intervention et accueil en urgence -notamment dans le but d’éviter le déclenchement d’une procédure de contrainte- prise en compte de la dimension sociale des situations etc.
Le Syndicat de la magistrature, réuni en congrès, demande qu’à l’occasion de la réforme rendue nécessaire par la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012 une réflexion approfondie soit menée et une large concertation mise en œuvre avec les juristes, les soignants, les usagers pour une approche nouvelle de la maladie mentale.

Il exige, afin qu’il soit mis fin à l’ordre sécuritaire en psychiatrie :
 

  • La suppression du régime dérogatoire.  
  • L’exclusion du dossier des casiers judiciaires des personnes hospitalisées sous contrainte et l’abrogation des instructions données au greffe en ce sens.  
  • De nouvelles garanties légales pour l’hospitalisation en "Unité pour Malades Difficiles" (UMD) passant par la redéfinition des critères d’admission et l’instauration d’un recours spécifique devant le juge.  
  • L’exclusion expresse des comportements sociaux atypiques, conformément à la recommandation européenne (Rec 2004 10), des situations justifiant des soins contraints.  
  • L’abandon de toute possibilité de soins contraints en dehors de l’hôpital sauf sous forme de « sortie d’essai » d’une durée strictement limitée et soumise au contrôle du juge sur recours de la personne concernée.  
  • Le développement des politiques de soins en secteur afin de limiter de façon drastique le recours aux soins contraints.   Il demande que soient renforcés les droits des malades soumis à des soins sans consentement :  
  • Par la judiciarisation complète du processus.  
  • En avançant le deuxième contrôle obligatoire du juge à 3 mois.  
  • Par l’abandon du recours à la visio-conférence et la fixation de principe de l’audience à l’hôpital.  
  • Par une formation adaptée du juge intervenant dans ce type de contrôle.  
  • En prévoyant l’assistance obligatoire d’un avocat avec la mise en place d’une défense de la protection des malades mentaux à l’instar de ce qui existe pour les mineurs.  
  • En supprimant la nécessité de motiver l’acte d’appel, s’agissant d’un enjeu de liberté.  
  • En permettant aux mineurs et aux majeurs protégés d’exercer eux-mêmes leur droit d’appel.  
  • En installant des points d’accès au droit dans les établissements hospitaliers.  
  • En assortissant de nouvelles garanties pour le malade le recours à des mesures gravement attentatoires à leur liberté telles que la contention et la mise à l’isolement.  
  • En évitant de recourir, sans raisons strictement médicales, à la contention et à la mise à l’isolement comme outil de prolongation de la détention pour les personnes provenant d’établissements pénitentiaires.  
  • En étendant la compétence du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), aux institutions fermées accueillant des personnes souffrant de déficience mentale telle que la maladie d’Alzheimer.  
  • En permettant l’instauration d’une procédure spécifique de recours devant le Juge pour les personnes concernées par ce type de soins.  
  • En renforçant les pouvoirs des CDSP (Commissions départementales des soins psychiatriques) dont la composition doit être revue pour y donner plus de place à des personnes extérieures au monde médical (avocat, représentants d’usagers).


Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

21 avril - Soutien aux policiers

20 avril - Juger sur le tarmac : notre lettre ouverte contre la délocalisation des audiences à Roissy

20 avril - Communiqué commun USP et SMG : Pour un accueil inconditionnel des migrant.e.s. Aujourd'hui plus que jamais

19 avril - Droits des enfants Roms : les pouvoirs publics font fi de leur condamnation

18 avril - Futur TGI de Lille : archétype d'une architecture gestionnaire

18 avril - Prisons : la France doit mettre en œuvre les nouvelles recommandations du Comité pour la prévention de la torture !

18 avril - M. Hollande, levez l'état d'urgence avant de partir !

18 avril - Lettre de l'USP à Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Philippe Poutou et leurs réponses

18 avril - Le glas de la démocratie ne cesse de sonner en Turquie

17 avril - JLD Rennes, 3 mars 2017, mainlevée d'une SDT pour défaut d'interprète

13 avril - A écouter sur RFI, émission Priorité santé : La souffrance psychique des migrants

7 avril - Pour la paix au Pays basque

6 avril - INSTRUCTION N° DGOS/R4/DGS/SP4/2017/109 du 29 mars 2017 relative à la politique de réduction des pratiques d’isolement et de contention au sein des établissements de santé autorisés en psychiatrie et désignés par le directeur général de l'agence régionale de santé pour assurer des soins psychiatriques sans consentement

6 avril - Incarcérations en hausse : les mineur.e.s ne sont pas épargné.e.s !

3 avril - 36èmes Journées de la Société de l'Information Psychiatrique : Cliniques, Risques, Trauma, du 5 au 7 octobre 2017 à Toulouse