2012-11-23 ( jpj/tgi/jld) Le JLD de Dijon lève une SPI au motif que le curateur n’avait pas été informé de l’internement de la patiente

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/39OKU ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/300

Document du vendredi 23 novembre 2012
Article mis à jour le 10 février 2020
par  A.B., H.F.

Sur des motifs très similaires de mainlevée, on lira sur notre site : 2011-10-05 (jpj/tgi/jld) JLD de Versailles, Mainlevée d’une SDRE selon des termes susceptibles de faire jurisprudence .

Ou bien : 2012-09-10 (jpj/tgi/jld) Le JLD de Créteil lève une SPI : le curateur n’avait pas été avisé de la procédure de contrôle.

Ou même : 2012-12-31 (jpj/tgi/jld) Le JLD de Versailles lève une SDTU le tuteur de l’interné n’ayant pas été convoqué à l’audience.


PDF - 298.9 ko
2012-11-23 Ordonnance de mainlevée d’une mesure de soins péril imminent (SPI) par le JLD de Dijon

Vous pourrez lire ci-joint une ordonnance de mainlevée d’une mesure de SPI (soins selon le cas du péril imminent sans tiers), prise par le juge des libertés et de la détention de Dijon le 23 novembre 2012, sur des observations de Me Franck Petit du barreau de Dijon, sur un motif original :

Dans le cas de l’admission sur le mode du péril imminent sans tiers, le 2e alinéa du point n°2 du II.— de l’article L 3212-1 [1], contraint le directeur de l’établissement à informer, dans les 24 heures, la famille de l’interné et, le cas échéant, la personne chargée de sa protection juridique. En l’espèce, le curateur de l’internée, n’a été informé de l’internement de sa protégée que 48 heures après son admission, et non dans le délai de 24 heures, alors même que cette patiente était connue de l’établissement, de même que sa situation de personne protégée par curatelle confiée à l’UDAF de la Côte-d’Or.

PDF - 364.8 ko
2012-11-23 Lettre de Me Franck Petit sur l’ordonnance du JLD de Dijon du même jour

Au surplus, les décisions d’admission et de maintien n’étaient pas motivées, et l’information de la patiente n’était pas non plus établie de façon probante, le juge des libertés et de la détention de Dijon ordonne donc la mainlevée de la mesure sur ces motifs.

Cette nécessaire information du curateur de l’interné dans le délai de 24 heures, dans le cas d’une mesure de soins en cas de péril imminent, nous semble être un moyen nouveau et intéressant, dans le contentieux de la mainlevée de telles mesures.

Me Franck Petit a joint à l’envoi de cette ordonnance qu’il a obtenue une lettre d’analyse à laquelle nous renvoyons (voir pièce jointe).


[1Citation de cet alinéa : « … lorsqu’il s’avère impossible d’obtenir une demande dans les conditions prévues au 1. — du présent II.— et qu’il existe, à la date d’admission, un péril imminent pour la santé de la personne, dûment constaté par un certificat médical … le directeur de l’établissement informe, dans un délai de vingt-quatre heures sauf difficultés particulières, la famille de la personne qui fait l’objet de soins, et, le cas échéant, la personne chargée de la protection juridique de l’intéressé … »


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

10 août - Censure de la proposition de loi « terrorisme » : une claque fondamentale !

4 août - Avenir de l'audience : nos observations devant le CNB

3 août - Notre porte étroite sur la loi instaurant des mesures de sûreté à l'encontre des auteurs d'infractions terroristes à l'issue de leur peine

30 juillet - Amende forfaitaire pour usage de stupéfiants : une illusoire fermeté pour de réels effets pervers

24 juillet - Publication de rapports de visite

20 juillet - Il est temps d'arrêter les prolongations sécuritaires

14 juillet - Observations sur la loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire

13 juillet - Appel pour le 14 juillet 2020 : Le beau casting ou les pompiers pyromanes

11 juillet - Communiqué APH & JM du 11 juillet 2020 : Le Ségur et les médecins : l'erreur politique

11 juillet - Tract unitaire : Ensemble pour que notre système de Santé et d'Action sociale soit une priorité nationale !

10 juillet - 2014-2020 : retour sur six ans d’action au CGLPL

10 juillet - 35e congrès de l'USP sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

10 juillet - Conférence gesticulée : « Je ne suis pas là pour vous écouter » - La démission de la psychiatrie face au capitalisme

10 juillet - Grand débat : Financer la psychiatrie, Gouverner l'hôpital

9 juillet - Dignité en prison : un droit enfin effectif

8 juillet - Le Conseil d'État interdit une nouvelle fois au gouvernement de fouler aux pieds la liberté de manifester

8 juillet - Rétention : la Justice se rend à l'Intérieur

7 juillet - L'État décide de frapper au porte-monnaie les départements qui résistent au fichage des enfants

7 juillet - Notre courrier au nouveau Garde des Sceaux

6 juillet - « Les enfermés » : un livre photographique pour donner à voir la réalité de l’enfermement

5 juillet - CGLPL respect des droits fonadementaux à l'épreuve du covid

5 juillet - Liberté d'expression et poursuites disciplinaire

5 juillet - ce ne pas faute de l'avoir annoncé

5 juillet - un constat de plus sur l'état de la psychiatrie

2 juillet - Les droits fondamentaux des personnes privées de liberté à l’épreuve de la crise sanitaire