2012-11-22 (jpj/tgi/jld) Le Juge des libertés et de la détention de Dijon ordonne la levée d’une mesure de SDT au motif que les décisions d’admission et de maintien prises par le directeur de l’hôpital n’étaient pas motivées

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/47euI ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/292

Document du jeudi 22 novembre 2012
Article mis à jour le 10 février 2015
par  CRPA

Cf. sur notre site, de façon connexe : 2012-12-04 (jpj/ca/spi) Internement illégal — Le premier président de la Cour d’appel de Dijon déclare sans objet un appel du CHS de la Chartreuse : la personne ayant été libérée par le juge des libertés et de la détention, et n’étant plus sous l’emprise de l’hôpital, l’appel n’a plus de raison d’être.

Ou bien : 2012-01-19 (jpj/jld/cm) Internement abusif : le Juge des Libertés et de la Détention du TGI de Dijon ordonne la mainlevée d’une hospitalisation sur demande d’un tiers à temps complet au motif tant d’illégalités externes relevant de la compétence de la juridiction administrative que pour des motifs d’illégalités internes.


PDF - 196.4 ko
2012-11-22 Ordonnance du JLD de Dijon levant une SDT

Ci-joint une intéressante décision de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers (SDT), prise par le juge des libertés et de la détention de Dijon, le 22 novembre 2012, sur des observations de Me Franck Petit du barreau de Dijon. Me F. Petit ayant joint à cette décision une lettre d’analyse, je vous renvoie à cette lettre qui est jointe à ce mail.

PDF - 613.3 ko
2012-11-22 Lettre de Me Franck Petit à propos de l’ordonnance

J’extrais de cette ordonnance les passages suivants (page 5° de cette décision), qui me semblent valoir la mise en exergue. En effet, cette ordonnance signale un progrès fondamental, que nous avons pu faire en matière de SDT (soins sur demande d’un tiers), depuis la loi du 5 juillet 2011, qui a, de fait, rendu obligatoire que les décisions d’admission et de maintien en SDT soient écrites, alors qu’auparavant, sous le régime de la loi du 27 juin 1990 comme sous celui de la loi du 30 juin 1838, de telles décisions n’avaient pas à être formalisées par écrit, et n’avaient donc pas non plus à être motivées. Or, il découle du fait que ces décisions soient désormais écrites, qu’elle doivent être également motivées en droit comme en fait :

« … Attendu qu’il est constant que les décisions administratives d’admission et de maintien en soins psychiatriques, concernant M. X ne sont pas motivées ;

Attendu, ce faisant, que le contrôle du juge institué par la loi du 5 juillet 2011 ne pourrait se faire valablement en l’absence de décisions administratives écrites ; qu’en outre l’exigence légale de la notification des décisions d’admission et de maintien, conduisent à la nécessaire formalisation par écrit de ces décisions qui se doivent, par ailleurs, d’être motivées se serait-ce que par appropriation des motifs des certificats médicaux, dès lors que l’article L. 3211-3 du CSP dispose que le patient doit être informé non seulement des décisions d’admission et de maintien en soins psychiatriques mais également des raisons qui les motivent ; que seule la formalisation par écrit des décisions administratives et des raisons les motivant peut permettre le contrôle du juge des libertés et de la détention quant à l’information effectivement donnée au patient ».

On notera, pour conclure, que la mainlevée est ici ordonnée, d’une part sur le défaut de motivation des décisions de SDT et, d’autre part, sur le défaut de caractère probant de l’information délivrée au patient interné, sur ses droits selon l’article L. 3211-3 du code de la santé publique.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 mars - Loi dite « anti-casseurs » : le Conseil constitutionnel doit saisir la balle au bond

12 mars - Levons-nous, ils sont devenus fous !

12 mars - Préavis de grève pour le 21 mars 2019

7 mars - Barème « Macron » des indemnités pour licenciement injustifié : Panique à la chancellerie ?

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

6 mars - L'amende forfaitaire pour usage de drogues doit être censurée par le Conseil constitutionnel

1er mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur les lois organique et ordinaire de réforme de la justice

28 février - NON au fichage des mineur.e.s non accompagné.e.s !

28 février - Non au fichage des mineurs non accompagnés et à une réforme de l'ordonnance de 45 sans débat démocratique !

27 février - Permanence « Gilets jaunes » lettre ouverte du SAF au Procureur de la République du TGI de Paris

27 février - Non, maintenir enfermés des innocents n'est pas « classique »

27 février - REFORME DE LA JUSTICE : SONNES MAIS PAS KO LE COMBAT CONTINUE POUR UNE JUSTICE DE QUALITE, ACCESSIBLE, EGALE POUR TOUS ET PROTECTRICE DES LIBERTES ET DES MINEURS

27 février - Parlons d'Europe ! Cycle de conférences organisé par MEDEL

26 février - Lettre ouverte du SAF, ELENA et l’ADDE à la Présidente de la CNDA

26 février - Appel à mobilisation nationale le 21 mars 2019 à Paris

26 février - Manifeste pour l'appropriation sociale du médicament à signer en ligne

25 février - Le procureur de la République de Paris : le maillon faible des garants de la liberté individuelle ?

21 février - Avis relatif à la prise en charge sanitaire des personnes étrangères au sein des centres de rétention administrative

18 février - Mineurs non accompagnés : les examens osseux doivent être déclarés contraires aux droits fondamentaux des enfants

18 février - Mineur∙e∙s non accompagné∙e∙s : les examens osseux doivent être déclarés contraires aux droits fondamentaux des enfants

14 février - Tribune : La justice des enfants et adolescents en question

14 février - Grand débat : cause toujours !

14 février - Mission flash psychiatrie : encore raté !

13 février - Plafonnement des indemnités et Greffe des Conseils de prud’hommes, le Gouvernement s’acharne contre les salariés et les juges, mais ils résistent.