2012-10-02 (jpi/cedh) Pour la CEDH le fait d’être atteint d’une pathologie mentale n’est pas en soi un motif d’internement psychiatrique

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/GuImW ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/321

Document du mardi 2 octobre 2012
Article mis à jour le 29 novembre 2019

Sur un autre arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme impactant le champ psychiatrique, lire : 2012-01-17 (jpi/cedh) La CEDH condamne la Bulgarie en matière de placement psychiatrique involontaire avec traitements inhumains et dégradants.

Sur le texte de la Convention des Nations-Unies sur les droits des personnes handicapées : http://www.un.org/french/disabiliti….

Auteurs : H.F. - A.B.


Source (site de la Cour européenne des droits de l’Homme) : http://hudoc.echr.coe.int/sites/fra…
 

PDF - 1.3 Mo
2012-10-02 Arret de la Cour européenne des droits de l’homme, Pleso c/ Hongrie

Ci-joint le scan d’un commentaire de jurisprudence diffusé par la Cour européenne des droits de l’Homme (note d’information d’octobre 2012, n°156), concernant une affaire Pleso C/ Hongrie, où la Cour européenne condamne la Hongrie pour un internement psychiatrique insuffisamment fondé quant à l’état de santé psychiatrique du requérant.

Un passage de ce commentaire nous semble crucial, pour les contrôles obligatoires qui se déroulent actuellement en France, où, notoirement, un grand nombre de personnes, sont mises sous contrainte, ou sont maintenues sous contrainte psychiatrique, du fait, en soi, que ces personnes sont psychiquement atteintes, alors même qu’au niveau comportemental objectif, observable, rien ne vient rendre nécessaire la mise sous contrainte psychiatrique ou du moins sa prorogation : « … Etant donné qu’il n’y avait pas de danger imminent pour la santé de l’intéressé et que le facteur à prendre en compte était de savoir si un traitement médical pouvait améliorer l’état de santé du requérant ou empêcher sa dégradation, il incombait aux autorités médicales de ménager un juste équilibre entre les intérêts concurrents liés, d’une part, à l’obligation pour la société de garantir aux personnes ayant des facultés réduites les meilleurs soins de santé possible et, de l’autre, au droit inaliénable de l’individu de maîtriser son destin (y compris le droit de refuser une hospitalisation ou un traitement médical, c’est-à-dire le droit d’être malade). Dés lors qu’un droit essentiel garanti par la Convention - la liberté personnelle - se trouvait en jeu, la marge d’appréciation de l’État en la matière n’était guère étendue. En effet, l’hospitalisation non volontaire ne peut être utilisée qu’en dernier recours, faute de solution moins intrusive, et uniquement si une telle mesure implique de réels bénéfices pour la santé sans faire peser sur l’intéressé une charge disproportionnée … »

Un tel arrêt corrobore la Convention des Nations-Unies sur les personnes handicapées, laquelle prohibe, dans son article 14 -1-b de priver de liberté une personne « handicapée » (au sens anglais du terme) du seul chef de son handicap (ou maladie). Cet arrêt peut être largement utilisé dans les contentieux du contrôle des hospitalisations sans consentement devant les juges des libertés et de la détention, comme devant les premiers présidents des cours d’appel.

L’article 14-1-b de la Convention des Nations-Unies sur les droits des personnes handicapées, dit la chose suivante : « Les États veillent à ce que les personnes handicapées, sur la base de l’égalité avec les autres … ne soient pas privées de liberté de façon illégale ou arbitraire ; ils veillent en outre à ce que toute privation de liberté soit conforme à la loi et à ce qu’en aucun cas l’existence d’un handicap ne justifie une privation de liberté. »



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

8 avril - Prolongation automatique des détentions provisoires : après le scandale et le fatras, la désinvolture !

8 avril - Peut-on contraindre un patient non respectueux des règles de confinement ?

7 avril - Membres du conseil national et du bureau

7 avril - Contre-circulaire relative à l'adaptation de l'activité pénale des juridictions aux mesures de prévention et de lutte contre la pandémie COVID-19

6 avril - Une nouvelle charge virale pour les libertés fondamentales

6 avril - Notre lettre ouverte concernant la situation des enfants pendant l'état d'urgence sanitaire

3 avril - Fichier HOPSYWEB, notre communiqué commun

3 avril - DATAJUST : notre courrier à la ministre de la justice

3 avril - Pendant ce temps-là, en psychiatrie…

2 avril - Sars Cov 2 : la répression passe, la santé trépasse

2 avril - Les droits de l'Etat doivent préserver l'Etat de droit

1er avril - COVID-19 en prison : des mesures gouvernementales insuffisantes

30 mars - Notre vade-mecum sur vos droits pendant le confinement

27 mars - COVID-19 : recommandations du CGLPL relatives aux établissements de santé mentale

27 mars - Réponse à Mme Wonner, co-rapporteuse de la mission parlementaire sur la psychiatrie

26 mars - Ordonnances justice : la gestion des stocks vaut bien de confiner les droits et de sacrifier la santé des personnels

26 mars - le droit durant la crise Covid19

25 mars - Arrêt n°271 du 04mars 2020 (19-24.080) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n°270 du 05 mars 2020 (19-23.287) - Cour de cassation

25 mars - Arrêt n° 176 du 4 mars 2020 (19-14.269)

25 mars - Covid-19 : notre courrier à la ministre

25 mars - Communiqué commun : Je reste confiné, je limite la propagation du virus

25 mars - Etat d'urgence sanitaire : première analyse !

23 mars - L'USP soutient ce communiqué écrit par des responsables du champ psychiatrique : Tous solidaires contre l'épidémie du Covid-19

18 mars - Prisons, centres de rétention : il y a urgence à réduire l'enfermement dans ces lieux non conformes aux mesures sanitaires