2012-09-18 (jpj/tgi/jld/cn/cm) JLD de Perpignan • Mainlevée pour défaut d’arrêté préfectoral de réadmission

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/Dx8b8 ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/265

Document du mardi 18 septembre 2012
Article mis à jour le 14 février 2020
par  CRPA

Sur la décision du Conseil constitutionnel sur QPC du CRPA du 20 avril 2012, voir notre chapitre - dossier, en cliquant sur ce lien.

Ou bien aussi notre article suivant : 2012-07-16 (jpa/ref/ce/sasc) Loi du 5 juillet 2011 — Pour le Conseil d’état, la contestation des traitements lors des mesures de contrainte psychiatrique (programmes de soins inclus), relève de la compétence de la juridiction judiciaire


PDF - 1.6 Mo
2012-09-18 Ordonnance de mainlevée du JLD de Perpignan

En pièce jointe une ordonnance intéressante du Juge des libertés et de la détention de Perpignan (Pyrénées-Orientales), du 18 septembre dernier, donnant mainlevée d’une mesure de soins sur décision du représentant de l’État (S.D.R.E.), en hospitalisation complète sur réintégration, selon les trois moyens suivants, dont le premier est, à ma connaissance, un moyen nouveau :

  • 1. — L’interné a été réintégré en S.D.R.E. (soins sur décision du représentant de l’État), à temps complet le 6 septembre dernier, alors qu’il était sous programmes de soins sans consentement.
     
    Mais cela sans que l’autorité préfectorale ait pris, préalablement à son transfert autoritaire au CH de Thuir, un arrêté de réadmission. Cet arrêté préfectoral de réintégration en internement contraint à temps complet n’est intervenu que le lendemain, soit le 7 septembre 2012, en violation de l’article L. 3211-2-1 du code de la santé publique tel que lu par le Conseil constitutionnel dans sa décision QPC du 20 avril 2012, sur requête du CRPA.
     
    En effet, dans le cadre de cette QPC, les juges constitutionnels ont considéré qu’aucune mesure de contrainte à l’égard d’une personne soumise à un programme de soins ambulatoires, ne pouvait être exercée sans que la prise en charge ait été préalablement transformée en hospitalisation contrainte à temps complet… Le JLD de Perpignan considère que la violation de cette disposition rappelée par la décision QPC du 20 avril 2012, justifie qu’il soit donné mainlevée de la mesure d’internement.
     
  • 2. — Le Juge des libertés et de la détention considère, au surplus, qu’il ne résulte pas des derniers certificats et avis médicaux produits, que les troubles mentaux de l’interné compromettent (au présent) la sûreté des personnes ou portent atteinte de façon grave à l’ordre public, et qu’en conséquence les critères légaux de la S.D.R.E. (ex-H.O.) ne sont plus remplis.
     
  • 3. — En dernier lieu, le Juge des libertés et de la détention considère que la famille de l’interné peut lui prodiguer une prise en charge de type familiale, et mettre en œuvre si besoin une mesure de SDT (soins sur demande d’un tiers).
     
    Le premier de ces trois moyens est incontestablement original et met en œuvre un aspect important de la décision du Conseil constitutionnel du 20 avril 2012, sur QPC du CRPA : les programmes de soins ne peuvent être exercés sous contrainte, quoiqu’il s’agisse de soins obligatoires, cela à peine de mainlevée d’une réintégration qui violerait ce principe de l’absence de contrainte dans la mise en œuvre de ces programmes de soins.
     
    Cette ordonnance a été emportée par Me Laurent Friouret, du barreau de Castres (Tarn).


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

18 février - Notre réponse à la garde des Sceaux à sa consternante missive aux magistrats et fonctionnaires de greffe

17 février - Observations du Syndicat de la magistrature devant l'Assemblée nationale sur le féminicide

17 février - Projet de loi relatif au parquet européen et à la justice pénale spécialisée : premiers pas vers une suppression du juge d'instruction ?

17 février - Une infirmière tuée à l'hôpital de Thouars (79). Premières réactions face à ce drame. « On est au bout du bout »

14 février - Manifestation à Paris des hôpitaux le 14 février

13 février - Communiqué de presse collectif pour le retrait du projet de décret sur l'open data

13 février - Soutien à l'équipe du CMMP de Poitiers et de la Vienne

10 février - APPEL USP : TOUS DANS LA RUE LE 14 FEVRIER 2020

10 février - Dr Gaël Nayt : soutien contre l'Ordre des médecins - Rassemblemenbt le 26 février à Paris

7 février - Extractions judiciaires : notre état des lieux !

6 février - Préavis de grève pour le 14 février 2020

6 février - Avis relatif à l’accès à internet dans les lieux de privation de liberté

3 février - Printemps de la psychiatrie : Psychiatrie, nouvelle offensive contre les citoyens... faisons-les battre en retraite !

3 février - 35e congrès de l'USP : Former déformer reformer, les 20, 21 et 22 mars à Paris 14e

30 janvier - CEDH 30 janvier 2020 condamnation de la France

30 janvier - Surpopulation carcérale : condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme

27 janvier - Mobilisation contre la réforme des retraites : ne nous trompons pas de combat

27 janvier - A ne pas manquer : deux clips sur la psychiatrie telle qu'elle est et ne devrait pas être !

22 janvier - Tribune inter organisations pour la défense de l'hôpital public, des établissements de Santé et d'Action Sociale

22 janvier - Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté

21 janvier - Le 1er février, fêtons les 75 ans de l'ordonnance de 1945 !

21 janvier - Représentants à la Commission d'avancement

17 janvier - Projet de suppression de conseils de prud'hommes : notre lettre ouverte à la ministre

15 janvier - Ethique à Christomaque

14 janvier - Une lettre de notre collègue Claude Schauder en défense de la psychanalyse