2012-09-11 (pner/parl/an) La députée Jacqueline Fraysse saisit la Ministre de la santé Marisol Touraine, d’une question écrite sur la défense, par son ministère, devant le Conseil d’état, de la loi Sarkozyste du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement — Réponse du ministère de la santé, 2012-12-25

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/9U08n ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/262

Document du mardi 11 septembre 2012
Article mis à jour le 10 février 2015
par  A.B., CRPA

Voir également sur notre site, sur ce même sujet : 2012-06-06 (jp-ccl/ce/can) La nouvelle ministre de la Santé et son administration défendent mordicus la loi sarkozyste du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement.

Ou bien sur les décrets du 18 juillet 2011 pris en application de la loi du 5 juillet 2011.


Source (site de l’Assemblée Nationale) : http://questions.assemblee-national…

14e législature

Question écrite N° : 4258, de Mme Jacqueline Fraysse ( Gauche démocrate et républicaine - Hauts-de-Seine ).

Ministère interrogé : Affaires sociales et santé.

Tête d’analyse : maladies psychiatriques.
Analyse : loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011. Mise en œuvre.

Question publiée au J.O. le : 11/09/2012.

Texte de la question :

Mme Jacqueline Fraysse attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur le mémoire émis par ses services le 6 juin 2012 contre une requête en annulation du Cercle de réflexion et de proposition d’action sur la psychiatrie.

Cette requête porte sur le décret n° 2011-846 du 18 juillet 2011 concernant l’application de la loi du 5 juillet 2011 relative aux « droits et à la protection des personnes faisant l’objet d’une prise en charge psychiatrique » et dénonce la vision sécuritaire de la psychiatrie portée par cette loi. Ce faisant, elle s’appuie sur les arguments avancés par les parlementaires de l’opposition lors de l’examen de ce texte, conduisant à leur vote négatif le 15 mars 2011.

Or le mémoire actuellement présenté au nom du ministère de la santé reprend dans ses grandes lignes la position sécuritaire de l’ancien gouvernement.

Elle s’étonne de ce manque de cohérence. Elle lui demande donc quelle est sa position concernant ce texte qu’elle a vivement combattu lorsqu’elle était dans l’opposition.


Texte de la réponse, publiée au J.O. le 25 décembre 2012 :

La requête formée par le cercle de réflexion et de proposition d’action sur la psychiatrie tend à l’annulation du décret n° 2011-847 du 18 juillet 2011 relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge. Les observations du ministère des affaires sociales et de la santé portent sur la légalité de ces dispositions, issues d’un décret pris après avis du Conseil d’État, et nécessaires à l’application de dispositions législatives toujours en vigueur. La question fondamentale est donc celle de la révision de la loi et non de ses textes d’application. Le Conseil constitutionnel ayant fixé au 1er octobre 2013 la date d’abrogation des dispositions de la loi du 5 juillet 2011 aménageant des règles particulières applicables aux personnes hospitalisées après avoir commis des infractions pénales en état de trouble mental ou qui ont été admises en unité pour malades difficiles (UMD), il conviendra de modifier la loi avant cette échéance. Ce sujet spécifique n’exclut pas la nécessité de revoir l’ensemble de la politique concernant la santé mentale et la psychiatrie.


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

22 mars - Une parodie de justice – 18 avocats turcs condamnés à de longues peines de prison, 159 ans, 1 mois, 30 jours au total

22 mars - Contre l'usage du LBD : une QPC déposée devant le Conseil d'Etat par plusieurs organisations

22 mars - Les examens osseux déclarés conformes à la Constitution : nos organisations continueront d'exiger leur interdiction

22 mars - Décision du Conseil constitutionnel sur la réforme de la justice : des victoires sur les libertés fondamentales, au goût amer

21 mars - Contre l’usage du LBD : la CGT, la LDH, le SM, le SAF, l’UNEF, l’UNL, continuent le combat !

20 mars - Liberté pour notre consœur iranienne Nasrin Sotoudeh

20 mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur la loi « visant à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations »

14 mars - Loi dite « anti-casseurs » : le Conseil constitutionnel doit saisir la balle au bond

12 mars - Levons-nous, ils sont devenus fous !

12 mars - Préavis de grève pour le 21 mars 2019

7 mars - Barème « Macron » des indemnités pour licenciement injustifié : Panique à la chancellerie ?

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

6 mars - L'amende forfaitaire pour usage de drogues doit être censurée par le Conseil constitutionnel

1er mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur les lois organique et ordinaire de réforme de la justice

28 février - NON au fichage des mineur.e.s non accompagné.e.s !

28 février - Non au fichage des mineurs non accompagnés et à une réforme de l'ordonnance de 45 sans débat démocratique !

27 février - Permanence « Gilets jaunes » lettre ouverte du SAF au Procureur de la République du TGI de Paris

27 février - Non, maintenir enfermés des innocents n'est pas « classique »

27 février - REFORME DE LA JUSTICE : SONNES MAIS PAS KO LE COMBAT CONTINUE POUR UNE JUSTICE DE QUALITE, ACCESSIBLE, EGALE POUR TOUS ET PROTECTRICE DES LIBERTES ET DES MINEURS

27 février - Parlons d'Europe ! Cycle de conférences organisé par MEDEL

26 février - Lettre ouverte du SAF, ELENA et l’ADDE à la Présidente de la CNDA

26 février - Appel à mobilisation nationale le 21 mars 2019 à Paris

26 février - Manifeste pour l'appropriation sociale du médicament à signer en ligne

25 février - Le procureur de la République de Paris : le maillon faible des garants de la liberté individuelle ?