2012-09-07 (jpj/tgi/jld/cn/cm) JLD d’Amiens • Mainlevée d’une SDTU pour absence de risque grave pour l’intégrité de la patiente

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/z5rza ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/261

Document du vendredi 7 septembre 2012
Article mis à jour le 28 novembre 2019
par  CRPA

Voir également sur notre site, à titre de base jurisprudentielle de cette ordonnance du Juge des libertés et de la détention d’Amiens : 2012-08-02 (jpa/caa/hdt) La Cour administrative d’appel de Nancy précise la jurisprudence dans l’hospitalisation sur demande d’un tiers en cas de péril imminent.

Ainsi que : 2012-09-05 (jpj/tgi/jld/cn/cm) Le JLD de Dijon donne mainlevée d’une SDT d’urgence, aux motifs de la violation du principe du contradictoire, et du fait que l’urgence n’avait pas été caractérisée dans les certificats médicaux successifs.


PDF - 100.4 ko
2012-09-07 Le JLD d’Amiens ordonne la mainlevée d’ une SDTU

Ci-joint une ordonnance de mainlevée d’une mesure de soins sur demande d’un tiers au titre de l’urgence (SDTU), prise par le juge des libertés et de la détention d’Amiens vendredi 7 septembre dernier, en faveur d’une adhérente au CRPA, et obtenue par Me Sandrine Veyssiere-Macqueron (du barreau d’Amiens).

Cette décision donne mainlevée de cette SDT sur le critère de l’urgence, précisément — à l’instar de la décision du Juge des libertés et de la détention de Dijon, du 5 septembre dernier obtenue par Me Franck Petit (du barreau de Dijon) — sur l’absence de caractérisation dans le certificat médical unique de base, d’un risque grave d’atteinte à l’intégrité du malade, au sens de l’article L 3212-3 du code de la santé publique.

PDF - 28.3 ko
2012-09-06 Observations pour conclusions du CRPA devant le JLD d’Amiens

Cf. les observations pour conclusions présentées par le CRPA, dans cette affaire, ci-jointes au format pdf.

Dans cette affaire, nous avons basé notre raisonnement sur la censure opérée par la Cour administrative d’appel de Nancy, le 2 août dernier, d’une H.D.T. d’urgence faite en 2006, annulée au motif du défaut de caractérisation de la clause d’urgence et en l’espèce du péril imminent pour la santé du malade, au sens de la loi du 27 juin 1990, en vigueur en 2006. Voir notre article sur le site du CRPA.

Nous avons argumenté, pour être dans les clous de la compétence au fond du juge des libertés et de la détention, sur le fait que le Législateur, au titre des garanties pour les libertés individuelles des patients, a prévu une condition stricte pour que la clause d’urgence soit remplie et qu’il n’y ait qu’un seul certificat médical à faire : qu’il y ait un risque grave pour l’intégrité du patient. Mais encore faut-il que ce risque grave soit décrit et circonstancié dans ce certificat médical unique, ce qui n’était pas le cas en l’espèce.

Cette ordonnance complète donc, très heureusement, l’ordonnance du juge des libertés et de la détention de Dijon du 5 septembre dernier, et l’arrêt de la Cour administrative d’appel de Nancy précédemment cités. Nous avons donc là un ensemble de trois décisions qui forment un corpus jurisprudentiel cohérent permettant, s’il y a lieu, d’obtenir des mainlevées dans le cas de mesures de soins sur demande d’un tiers au titre de l’urgence que nous pouvons avoir à connaître.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

9 décembre - Cour de cassation, 04/12/2019, Patient en fugue hospitalisé en SDRE suite à une irresponsabilité pénale

9 décembre - Commission Thiriez : mieux vaut en rire...

9 décembre - Le Collectif Inter-Hôpitaux soutient la grève des internes du 10 décembre

6 décembre - « Recommandations en urgence relative au centre hospitalier Le Rouvray à Sotteville-les-Rouen du Contrôleur général des lieux de privation de liberté »

3 décembre - Décret open data des décisions de justice : on achève bien les chevaux…

29 novembre - Non ! La pilule ne passe toujours pas !

28 novembre - Observations devant la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'immunité parlementaire

26 novembre - Recommandations en urgence relatives au centre hospitalier du Rouvray à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime)

24 novembre - Le contrôle des suites du programme de soins : la position de la Cour de cassation

22 novembre - Appel à la grève pour la défense du service public de la Justice

22 novembre - Décret de procédure civile : improvisation, opacité et mépris

22 novembre - Avis relatif à la prise en charge des personnes détenues atteintes de troubles mentaux

21 novembre - Face aux philippiques, grève et action

20 novembre - Printemps de la psychiatrie - Pour soigner sans entrave

20 novembre - Communiqué commun des organisations syndicales représentatives des personnels médicaux hospitaliers et des internes du 20 novembre 2019

20 novembre - Communiqué unitaire : Le Premier ministre ne répond pas à la gravité de la situation

19 novembre - Pour ne plus subir. Lettre ouverte de l'équipe du secteur de psychiatrie d'Asnières. Le 14 novembre 2019

18 novembre - Budget 2020 : Toujours les mêmes écueils !

18 novembre - Nos observations dans le cadre du « Grenelle des violences conjugales »

17 novembre - La Cour de cassation confirme que le contrôle de la légalité d'un placement en chambre d'isolement ne relève pas du JLD

16 novembre - Communiqué Action Praticiens Hôpital - Jeunes Médecins - Santé des migrants : APH-JM s'oppose a toute dégradation des soins

15 novembre - Journées Scientifiques de la Société Française de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe (SFPPG), 20 et 21 mars 2020

14 novembre - Le Syndicat de la magistrature déménage !

12 novembre - Printemps de la psychiatrie : appel à manifestation, hôpital de rue éphémère et conférence de presse

12 novembre - Partout en France, la mobilisation pour l'hôpital public s'organise