2012-06-24 (cm/oru/oi-onu) Pour le Réseau Européen des Usagers et Survivants de la Psychiatrie (ENUSP) la loi française du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement, viole la Convention des Nations-Unies sur les handicapés en soumettant les patients psychiatriques à un régime discriminatoire

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/gbcwr ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/239

Document du dimanche 24 juin 2012
Article mis à jour le 10 février 2015
par  CRPA

— Pour consulter le site du Réseau Européen des Usagers et Survivants de la psychiatrie : http://www.enusp.org/index.php/fr/.
 

— Sur la loi du 5 juillet 2011, voir notre article - dossier : 2011-07-05 (tjn) Loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge .


Note par le CRPA :

PDF - 584.3 ko
2012-06-24 Communiqué du Réseau Européen des Usagers et Survivants de la Psychiatrie
Dénonçant la France pour sa législation d’exception sur la psychiatrie

Le communiqué (ci-joint) du Réseau européen des usagers et survivants de la psychiatrie nous semble très correct, même s’il est basé sur une erreur d’interprétation de la Convention des Nations-Unies sur les handicapés.

Cette convention dans son article 14, par exemple, ne dit pas qu’on ne peut pas interner des gens qui présentent des troubles mentaux décompensés, mais elle dit que de telles pratiques sont interdites dès lors qu’elles n’ont pas cours de façon légale et régulière et qu’elles sont basées sur la seule pathologie. Ce qui n’est pas la même chose. La France n’est donc pas en infraction avec ce traité sur ce point.

PDF - 537.9 ko
Convention des Nations-Unies sur les handicapés

Par contre, il est plus aisé d’affirmer que la France viole cette convention - qu’elle a signée en 2010 - lorsqu’elle ne permet pas aux patients placés sous contrainte psychiatrique de bénéficier de procédures d’habeas corpus de droit commun telles l’accès immédiat à un avocat et à un juge indépendant dés l’issue de la période d’observation. De plus, comme le dit ce texte de l’ENUSP, la France viole le principe de non discrimination sur le handicap (psychique en l’espèce) lorsque elle encourage le placement sous programmes de soins sous contrainte à la légère et tous azimuts.

Au surplus, ce que dit ce communiqué à propos de la levée de boucliers des professionnels de la psychiatrie des deux dernières années, qui sont restés essentiellement axés sur leurs prérogatives, et ont nié nos points de vue et nos prises de parole, nous semble vrai. Nous avons rencontré de réelles difficultés à nous faire entendre dans le concert des protestations des professionnels de psychiatrie et de santé mentale.
 
Pour le reste, nous trouvons curieux de voir Gem-France (l’Union Nationale des Gem de France), co-signataire de ce texte, alors que cette organisation n’a pas fait parler d’elle lors des mouvements d’opposition au projet de réforme, en 2010 et 2011.
 
Dans l’ensemble, cette attaque de la France sur sa législation psychiatrique est justifiée, et nous pensons qu’elle doit être soutenue, moyennant quelques remarques complémentaires.

On trouvera également en pièce jointe la Convention des Nations-Unies sur les handicapés.



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Tribune : La justice des enfants et adolescents en question

14 février - Grand débat : cause toujours !

14 février - Mission flash psychiatrie : encore raté !

13 février - Plafonnement des indemnités et Greffe des Conseils de prud’hommes, le Gouvernement s’acharne contre les salariés et les juges, mais ils résistent.

12 février - Le traitement judiciaire du mouvement des Gilets Jaunes : un droit d’exception ?

6 février - Publication de rapports de visite

6 février - Communication - Mission flash sur le financement de la psychiatrie

4 février - Les avocat.e.s doivent pouvoir défendre les étrangers à Mayotte

4 février - GREVE GENERALE LE 5 FEVRIER 2019

1er février - Justice hors la loi : une audience illégale au sein du centre de rétention de Toulouse

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 6 : Les parents des jeunes délinquants sont démissionnaires.

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 5 : Les enfants roms sont tous des voleurs

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 4 : Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

1er février - Contre la destruction du service public et l'atteinte aux libertés : Manifestation nationale à Paris le 5 février !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

31 janvier - Soirée débat : Un nouveau printemps des luttes, le 29 mars 2019 Espace Grammont à Besançon

31 janvier - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly (Guyane)

30 janvier - Suppression de l'ordonnance du 2 février 1945 en catimini

30 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 3 : la justice des mineurs est lente

29 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 2 :Les jeunes entrent dans la délinquance de plus en plus tôt

28 janvier - Recueil des obligations déontologiques du magistrat diffusé par le CSM : notre décryptage

28 janvier - Appel de l'AG Psychiatrie, Social, Médico-Social en Lutte ! - Construisons la suite de la journée nationale pour une psychiatrie humaine du 22 janvier 2019

28 janvier - Laissons à Agnès Buzyn l'austérité hivernale, et mettons le cap vers un Printemps de la psychiatrie !

28 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 1 : l'ordonnance de 45 n'est plus adaptée