2012-01-20 (jpj/tgi/jld) Un maintien en soins sous contrainte abusif : le juge des libertés et de la détention de Troyes ordonne la mainlevée d’un programme de soins contraints, contre l’avis du psychiatre hospitalier et celui du procureur de la République

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/NQeTc ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/203

Document du vendredi 20 janvier 2012
Article mis à jour le 10 février 2015

Voir également dans une affaire similaire, l’article suivant : 2011-05-06 (jpj/jld) Une décision judiciaire de mainlevée d’hospitalisation à la demande d’un tiers (H.D.T.) — Juge des libertés et de la détention de Paris.


PDF - 216.2 ko
2011-01-20 JLD de Troyes
Levée d’un programme de soins psychiatriques contraints sur demande d’un tiers

En pièce jointe une décision du juge des libertés et de la détention de Troyes du 20 janvier 2012, qui donne mainlevée d’un programme de soins sous contrainte sur demande d’un tiers, démarrée le 18 novembre 2010.

Le JLD de Troyes écarte l’ensemble des moyens de droit formel soulevés dans la requête à fin de mainlevée, sur lesquels il se déclare incompétent. Il retient, d’une part un certificat médical favorable que nous avons pu produire dans cette instance, et d’autre part le fait que le dernier certificat médical de situation d’une psychiatre hospitalière atteste d’une acceptation superficielle des soins et du suivi par la requérante tout en concluant au maintien du programme de soins contraints sous mesure de S.P.D.T. (Soins Psychiatriques sur Demande d’un Tiers)… la situation de l’intéressée étant incohérente au plan du bien fondé psychiatrique du programme de soins contraints, le JLD accorde la levée.

On peut en conclure qu’à tout le moins le maintien à durée indéterminée du programme de soins sous contrainte sur demande d’un tiers, était, en l’espèce, abusif.

N.B. : Les conclusions dans cette affaire ont été faites à plusieurs mains, entre le CRPA et la requérante. Nous avons demandé à Me Mayet d’assurer la plaidoirie et donc l’audience, le Bureau d’aide juridictionnelle n’ayant pas traité à temps la demande de désignation au titre de l’A.J. d’un avocat du barreau de Troyes. En effet, les B.A.J. (Bureaux d’aide juridictionnelle) ne considèrent pas qu’il y a urgence dans ce domaine, quoiqu’il s’agisse de procédures de référé…



Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 octobre - Carte judiciaire : derrière les discours, la carte

18 octobre - Des policiers de l'OCRTIS « rendent les armes » : notre réaction

17 octobre - Le tour de recrutement d'automne organisé par le Centre National de Gestion (CNG) est ouvert

16 octobre - Annonces d'un futur projet de loi sur les violences sexuelles : notre lettre ouverte

16 octobre - Arrêté du 16 octobre 2017 modifiant l'arrêté du 14 mars 2017 relatif à la prime d'exercice territorial des personnels médicaux, odontologiques et pharmaceutiques | Legifrance

13 octobre - Mission justice 2018 : coup de frein sur les efforts budgétaires

13 octobre - Contre les débordements de l'Intérieur

12 octobre - Délibérée #2 : Livraison le 17 octobre !

12 octobre - Parution d'un ouvrage collectif : L'intime désaccord. Entre contrainte et consentement

12 octobre - Sortons de l'enfermement : non à la création de nouveaux centres éducatifs fermés !

10 octobre - Colloque international : Le droit à une protection sociale pour tous les peuples, jeudi 23 et vendredi 24 novembre 2017

10 octobre - CRPA : Une alerte internationale est demandée sur la France du fait des dérives de son système psychiatrique

6 octobre - Poitiers, un procès politique, le 19 novembre - Communiqué du comité de soutien aux 9 prévenu.e.s de Poitiers - tous devant le tribunal de Poitiers le 17 novembre

6 octobre - Justice en chantier, justice en préfabriqué

6 octobre - Soins psychiatriques sans consentement : la fragilité du droit à un avocat