2011-12-13 - Classification des maladies mentales : le DSM remis en question — Citation du CRPA dans cet article de la revue Actusoins

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/R4GCn ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/196

Document du mardi 13 décembre 2011
Article mis à jour le 28 août 2020

Source : http://www.actusoins.com/10150/classification-des-maladies-mentales-le-dsm-remis-en-question.html

Voir aussi sur ce site Le manifeste contre le DSM d’avril 2011 rédigé par des psychiatres opposants. Cliquer ici.

Cf. également l’article de l’encyclopédie Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Manuel_diagnostique_et_statistique_des_troubles_mentaux


Classification des maladies mentales : Le DSM remis en question

13 décembre 2011 | Malika Surbled

Revue en ligne "A C T U S O I N S, toute l’actualité infirmière"

• Controversé depuis sa première parution au milieu du 20e siècle, le DSM, manuel de référence mondiale en psychiatrie, attise de nouveau la polémique avec sa 5e version à paraître en mai 2013.

De vives critiques

Avec son approche catégorielle de la maladie mentale, le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est critiqué par une grande partie des psychiatres français. Lesquels estiment que la grille de lecture consiste à ranger les patients dans des cases, sans tenir compte de leur environnement.

« La psychiatrie n’est pas une médecine conventionnelle. Lorsque l’on traite un patient, il faut toujours prendre en considération son contexte socio-professionnel, personnel et familial. Le DSM ne propose pas cette approche. Il se contente de décrire des symptômes de façon extrêmement grossière puis propose un diagnostic » explique le Dr Michel Botbol, pédopsychiatre et secrétaire général de l’Association Française de Psychiatrie.

Même son de cloche du côté de la presse professionnelle. La revue indépendante Prescrire* accuse même le DSM V - dont la parution est prévue l’an prochain - de proposer de nouveaux diagnostics « inutiles et dangereux », une « vision étriquée de spécialistes » ainsi que des « seuils diagnostics très abaissés ».

Elle évoque entre autres « une médicalisation de l’existence et des émotions ». Ce qui favoriserait l’industrie pharmaceutique et les lobbys. « Les nouveaux diagnostics ont tous pour effet d’augmenter le nombre de malades et donc de personnes à traiter. C’est une excellente classification si vous êtes producteurs de médicaments » ironise le Dr Botbol, confirmant la théorie de la revue.

Cette opinion est également partagée par certaines associations de patients. « Pour nous, le DSM est le summum du technocratisme psychiatrique et de l’inhumanité psychiatrique. L’application mécanique de cette grille de lecture conduit à des traitements inadaptés ou inutiles, voire même à des internements abusifs » estime André Bitton, du Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie.

Avec modération

Le Pr Julien-Daniel Guelfi coordonne depuis plusieurs années la traduction du DSM. Partisan de cette classification, il tempère les propos de ses adversaires. Pour lui, le manuel reste un outil utile qui offre une grille de lecture cohérente. « Il représente un langage commun de base sur lequel tout le monde pourrait se mettre d’accord. Les détracteurs du DSM V ou du DSM en général, pensent que ce manuel remplace la nosographie psychiatrique. Hors, il n’a pas cette prétention. Il n’a pas été conçu pour s’en servir de manière isolée » explique-t-il. A l’évocation du lobby pharmaceutique, il mesure son discours.« Tout dépend de l’utilisation que l’on fait du DSM. À aucun moment le manuel n’impose tel ou tel traitement. Ces reproches sont purement hypothétiques ». Le DSM V est actuellement en préparation et en développement. À ce jour rien n’est figé. L’Association Américaine de Psychiatrie — éditrice du manuel — prend en compte les remarques et les critiques des professionnels avant de publier sa version officielle.

* Éditorial de la revue Prescrire « DSM V : Au fou ! », sept 2010.



Sur le Web

27 juin - Cet été, il n’y a pas que les services d’urgences qui risquent de fermer…

16 juin - Préavis de grève le 28 juin 2022

10 juin - Communiqué IDEPP, le SPEP, le SPH et l’USP : appel à journée de grève le 28 juin 2022

2 juin - Publication du rapport d’activité 2021

23 mai - Appel à « voter pour » aux législatives

17 mai - Publication de rapports de visite

17 mai - liberté d'association et Conseil d'Etat

6 mai - Responsabilité pour faute du CH pour défaut de surveillance (2h sans surveillance), à la suite du décès par asphyxie d'un résident d'EHPAD ayant fait l'objet d'une mesure de contention ventrale.

4 mai - Décret du 25 avril 2022 précisant les dispositions de procédure pénale relatives à la responsabilité pénale en cas de trouble mental [communiqué]

3 mai - Avis relatif à l’interprétariat et à la compréhension des personnes privées de liberté

1er mai - Appel du 1er mai

1er mai - 1er mai 2022: entrée en vigueur du premier code pénitentiaire

29 avril - Irresponsabilité pénale

28 avril - Décret n° 2022-714 du 27 avril 2022 modifiant le décret n° 2018-383 du 23 mai 2018 autorisant les traitements de données à caractère personnel relatifs au suivi des personnes en soins psychiatriques sans consentement

19 avril - Le Pen plus puissante que jamais

12 avril - Pôle de psychiatrie du centre hospitalier de Chinon : une prise en charge particulièrement respectueuse des droits des patients [Lettre au ministre de la santé]

29 mars - Appel pour le 7 avril, Journée internationale de la Santé

22 mars - Dilution, dissolution, liquidation : non à un statut soluble !

8 mars - La souffrance psychique va-t-elle enfin devenir un vrai sujet ?

1er mars - Recommandations en urgence relatives au centre de santé mentale Jean-Baptiste Pussin à Lens (Pas-de-Calais)