2011-11-24 (jpj/tgi/jld) JLD Strasbourg mainlevée d’une mesure de SPI pour admission rétroactive

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/A8UUf ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/190

Document du jeudi 24 novembre 2011
Article mis à jour le 29 novembre 2019

Cette décision du Juge des libertés et de la détention du Tribunal de grande instance de Strasbourg, sur des conclusions adroites de Me Laurent Jung, indique dans quel sens doit se faire la défense des internés dans le cadre des contrôles de plein droit par la juridiction judiciaire. On voit bien que sauf exception il n’y a lieu ni de demander des expertises, ni de plaider sur le mal fondé pur et simple de l’internement. Dans ce domaine, on doit se fonder sur les illégalités présentes au dossier, s’arc-bouter sur celles ci, et conclure à la « voie de fait », ainsi que sur le fait qu’un internement illégal ne peut jamais passer pour bien fondé. Pour priver valablement de liberté une personne, l’administration doit respecter le formalisme légal des textes qui autorisent cette privation de liberté. Le formalisme légal étant une garantie contre l’arbitraire de l’administration.

Voir aussi : 2011-09-29 (jpj/tgi/jld) Mainlevée d’une SDT pour un patient certifié inapte à comparaître .
Ou encore : 2011-11-03 (jpa/caa/can) CAA Lyon • Annulation d’un arrêté d’H.O. pour absence de procédure contradictoire .
Consulter : Sur la notion d’internement abusif et celle d’internement illégal.


PDF - 181.8 ko
2011-11-24 JLD Strasbourg
Ordonnance du Juge des Libertés et de la Détention de Strasbourg, du 24 novembre 2011

Il s’agit d’une décision importante en droit du Juge des libertés et de la détention de Strasbourg du 24 novembre 2011 (rendue disponible au format Pdf dans le présent article), obtenue par Me Laurent Jung, dans le cadre d’un contrôle obligatoire d’une mesure de soins psychiatriques pour péril imminent (S.P.P.I.). Une mainlevée est accordée avec effet différé, au motif que si la décision d’admission du directeur de l’établissement date, dans ce dossier, du 18 novembre 2011, l’admission réelle elle, a été faite le 10 novembre 2011, soit 8 jours plus tôt…

Citation de la page 2. — de cette ordonnance : "… Attendu par contre (que) s’il n’appartient pas au juge judiciaire de se prononcer sur la régularité des décisions administratives prises en application des chapitres II à IV du livre II de la 3e partie du code de la santé publique (…), il lui appartient en qualité de gardien de la liberté individuelle, au besoin d’office, à l’occasion du contrôle de droit d’une hospitalisation complète à échéance de 15 jours, de vérifier que la procédure telle qu’instituée par le Code de la Santé Publique a été régulièrement mise en œuvre, et ce avant même d’apprécier si l’hospitalisation décidée sans le consentement du malade se justifiait.

Qu’il suffit au juge judiciaire, sans annuler les décisions administratives qui en sont le support, de constater, pour lever l’hospitalisation complète forcée, l’absence des certificats et des décisions requises, l’insuffisance de leur motivation ou leur établissement à une date erronée.

Qu’en l’espèce, il ne peut qu’être constaté l’atteinte aux droits de M. …, soulignée par son conseil, à savoir que son admission en soins psychiatriques intervenue le 10 novembre 2011, n’a fait l’objet d’une décision du Directeur que le 18 novembre 2011, soit huit jours après son entrée de fait … Attendu que l’absence d’une décision d’admission en soins psychiatriques … pendant toute la durée initiale de la rétention psychiatrique a pour effet de vicier l’ensemble de la procédure ; qu’il convient dés lors d’ordonner la mainlevée de la mesure d’hospitalisation complète. (…)"



Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

10 août - Censure de la proposition de loi « terrorisme » : une claque fondamentale !

4 août - Avenir de l'audience : nos observations devant le CNB

3 août - Notre porte étroite sur la loi instaurant des mesures de sûreté à l'encontre des auteurs d'infractions terroristes à l'issue de leur peine

30 juillet - Amende forfaitaire pour usage de stupéfiants : une illusoire fermeté pour de réels effets pervers

24 juillet - Publication de rapports de visite

20 juillet - Il est temps d'arrêter les prolongations sécuritaires

14 juillet - Observations sur la loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire

13 juillet - Appel pour le 14 juillet 2020 : Le beau casting ou les pompiers pyromanes

11 juillet - Communiqué APH & JM du 11 juillet 2020 : Le Ségur et les médecins : l'erreur politique

11 juillet - Tract unitaire : Ensemble pour que notre système de Santé et d'Action sociale soit une priorité nationale !

10 juillet - 2014-2020 : retour sur six ans d’action au CGLPL

10 juillet - 35e congrès de l'USP sur le thème "La psychiatrie d'après" du 11 au 13 septembre 2020 à Paris

10 juillet - Conférence gesticulée : « Je ne suis pas là pour vous écouter » - La démission de la psychiatrie face au capitalisme

10 juillet - Grand débat : Financer la psychiatrie, Gouverner l'hôpital

9 juillet - Dignité en prison : un droit enfin effectif

8 juillet - Le Conseil d'État interdit une nouvelle fois au gouvernement de fouler aux pieds la liberté de manifester

8 juillet - Rétention : la Justice se rend à l'Intérieur

7 juillet - L'État décide de frapper au porte-monnaie les départements qui résistent au fichage des enfants

7 juillet - Notre courrier au nouveau Garde des Sceaux

6 juillet - « Les enfermés » : un livre photographique pour donner à voir la réalité de l’enfermement

5 juillet - CGLPL respect des droits fonadementaux à l'épreuve du covid

5 juillet - Liberté d'expression et poursuites disciplinaire

5 juillet - ce ne pas faute de l'avoir annoncé

5 juillet - un constat de plus sur l'état de la psychiatrie

2 juillet - Les droits fondamentaux des personnes privées de liberté à l’épreuve de la crise sanitaire