2011-10-07 JLD Versailles • Deux mainlevées pour irrégularités de droit formel

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/r6Ym4t ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/172

Document du vendredi 7 octobre 2011
Article mis à jour le 30 août 2020
par  A.B., CRPA

Cf. ces deux décisions du juge des libertés et de la détention de Versailles, en pièces jointes. Elles concernent d’une part le CH St Germain en Laye et d’autre part le CH Charcot de Plaisir, Yvelines. Elles ont été obtenues par Me Helena Ramalho, avocate au barreau de Versailles.


Lire également :
— 2011-09-29 Mainlevée d’une SDT pour un patient certifié inapte à comparaître
— 2011-06-06 Le JLD de Dijon ordonne la mainlevée d’une H.D.T. au motif d’irrégularités de procédure.

PDF - 316 ko
JLD Versailles 7 octobre 2011 — CH de Poissy–Saint-Germain-en-Laye
Ordonnance de mainlevée d’H.D.T.

Ces deux jurisprudences sont, en fait, l’application du chapitre 6 de la loi du 5 juillet 2011 sur les « soins » psychiatriques sans consentement, qui, en matière de contentieux de l’hospitalisation sans consentement, dispose dans les termes suivants : « … Le juge des libertés et de la détention connaît des contestations mentionnées au premier alinéa du présent article (sur la régularité des décisions administratives de contrainte psychiatriques) dans le cadre des instances introduites en application des articles L. 3211-12 et L. 3211-12-1. Dans ce cas, l’irrégularité affectant une décision administrative mentionnée au premier alinéa du présent article n’entraîne la mainlevée de la mesure que s’il en est résulté une atteinte aux droits de la personne qui en faisait l’objet. »

PDF - 221.1 ko
JLD Versailles 7 octobre 2011 — CH Charcot, à Plaisir

Cet article de la nouvelle loi, qui ne rentre en vigueur que le 1er janvier 2013, rend les juges des libertés et de la détention compétents sur les illégalités de forme qui affectent les internements psychiatriques, dès le moment où ces illégalités ont un impact concret dans la privation de liberté dont il est demandé la mainlevée. Ces deux décisions forment donc un pas en avant par rapport à la situation antérieure où il était fréquent que des JLD déclinent leur compétence sur ces questions et renvoient les requérants à se pourvoir sur ces points devant la juridiction administrative.

Le motif de droit des deux mainlevées en jeu est ici qu’il n’est pas établi que l’administrateur de garde signataire de la décision d’admission en hospitalisation à la demande d’un tiers, ait eu effectivement une délégation de signature du directeur de l’établissement, et par ailleurs que le nom et la qualité du signataire ne figurent pas sur cette décision (violation de l’article 4 de la loi du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec l’administration). La juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance de Versailles a considéré qu’en l’espèce les illégalités ici constatées, portant atteinte à une liberté fondamentale, relèvent de la compétence de juge judiciaire en tant que gardien des libertés individuelles, et qu’elles entraînent donc la mainlevée de la mesure de contrainte psychiatrique.



Sur le Web

23 septembre - Préavis de grève du 29 septembre 2022

20 septembre - Les psychologues unis dans la lutte !

12 septembre - Printemps de la psychiatrie : Soutien à la lettre écrite par les patients d’une Unité pour Malades Difficiles

18 juillet - Les USIP : les symptômes de la dérive d’une psychiatrie sans boussole

18 juillet - Publication de rapports de visite

13 juillet - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan (Gironde)

8 juillet - Souffrez et déprimez en paix, bonnes gens, le néolibéralisme veille…

7 juillet - L’intimité au risque de la privation de liberté

5 juillet - Pas question de gagner plus pour travailler aussi mal !

5 juillet - Constat et revendications en conséquence de l’USP

1er juillet - Suite à la grève du 28 juin 2022…

1er juillet - JIM.fr – La psychiatrie hospitalière dans la rue pour alerter sur un « effondrement proche »

27 juin - Cet été, il n’y a pas que les services d’urgences qui risquent de fermer…

2 juin - Rapport d’activité 2021

17 mai - Publication de rapports de visite

17 mai - liberté d'association et Conseil d'Etat

6 mai - Responsabilité pour faute du CH pour défaut de surveillance (2h sans surveillance), à la suite du décès par asphyxie d'un résident d'EHPAD ayant fait l'objet d'une mesure de contention ventrale.

4 mai - Décret du 25 avril 2022 précisant les dispositions de procédure pénale relatives à la responsabilité pénale en cas de trouble mental [communiqué]

3 mai - Avis relatif à l’interprétariat et à la compréhension des personnes privées de liberté

1er mai - 1er mai 2022: entrée en vigueur du premier code pénitentiaire