2011-08-31 (jpj/tgi/jld) Une ordonnance de mainlevée d’une mesure d’internement complet avec effet différé, par le JLD de Lyon au premier mois de l’application de la réforme du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/BBiHa ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/163

Document du mercredi 31 août 2011
Article mis à jour le 4 octobre 2011

En pièce jointe une récente décision de mainlevée avec effet différé du Juge des libertés et de la détention de Lyon, du 31 août 2011, issue des nouvelles possibilités ouvertes par la réforme du 5 juillet 2011 de l’internement psychiatrique.

Cette possibilité ouvre ce paradoxe que l’on peut être libéré d’un internement psychiatrique parce que celui-ci est illégal, sans pour autant retrouver pleinement sa liberté, puisqu’en même temps que le juge libérateur constate l’illégalité de l’internement, il donne à l’établissement hospitalier, et/ou à la préfecture, un délai pour organiser la continuation de la contrainte psychiatrique du patient.


PDF - 98.5 ko
2011-08-31 JLD de Lyon, Ordonnance
Mainlevée avec effet différé par le Juge des libertés et de la détention de Lyon

L’on observera, dans cette affaire statuée en audience publique de contrôle obligatoire par le JLD de Lyon dans la salle d’audience spécialement aménagée du CHS du Vinatier, que la requérante était représentée par son avocat (choisi) et par sa personne de confiance (son compagnon), et que manifestement au cours de cette audience elle n’était pas bien. L’effet différé de 24h donné à la mise à effet de la mainlevée de sa mesure de S.D.T. (Soins à la Demande d’un Tiers) est pour beaucoup dû à cela.

Néanmoins l’on voit qu’il s’agit d’un biais ouvert par la réforme du 5 juillet 2011 des « soins » psychiatriques, par lequel un juge des libertés et de la détention poussé à constater une violation de droit formel dans une mesure d’internement psychiatrique qu’il doit contrôler sur un délai de contrôle judiciaire obligatoire (quinzaine ou 6 mois) et ce alors même qu’il est conclu au bien fondé de la mesure, peut ordonner une mainlevée avec effet différé, de sorte de laisser 24h de délai à l’hôpital et/ou à la préfecture, pour décider un changement de type de mesure de contrainte (soins contraints ambulatoires, ou hospitalisation à temps partiel, ou nouvelle mesure de contrainte, ou soins libres si le consentement est négociable). Avant cette réforme cette possibilité n’existait pas. Le JLD accordait la sortie ou rejetait la demande. Il n’avait pas d’autre alternative.

Le biais de l’effet différé de 24 heures de la décision de mainlevée rend plus complexe la défense de l’interné, puisqu’il entraîne, si l’on veut obtenir une mainlevée complète de la contrainte, à engager d’autres procédures de mainlevée et/ou d’annulation de la mesure de soins sans consentement qui prend le relais de la mesure antécédente levée avec effet différé.

On est donc bien devant une complexification du droit en la matière.


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

11 décembre - Les violences interpersonnelles dans les lieux de privation de liberté

10 décembre - Communiqué d'Inter Urgences et du Collectif inter hôpitaux

10 décembre - Oui, nous sommes du côté des libertés

9 décembre - Cour de cassation, 04/12/2019, Patient en fugue hospitalisé en SDRE suite à une irresponsabilité pénale

9 décembre - Commission Thiriez : mieux vaut en rire...

9 décembre - Le Collectif Inter-Hôpitaux soutient la grève des internes du 10 décembre

9 décembre - Communiqué commun des organisations syndicales des personnels médicaux hospitaliers, des internes et des étudiants

6 décembre - « Recommandations en urgence relative au centre hospitalier Le Rouvray à Sotteville-les-Rouen du Contrôleur général des lieux de privation de liberté »

3 décembre - Décret open data des décisions de justice : on achève bien les chevaux…

29 novembre - Non ! La pilule ne passe toujours pas !

28 novembre - Observations devant la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'immunité parlementaire

26 novembre - Recommandations en urgence relatives au centre hospitalier du Rouvray à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime)

24 novembre - Le contrôle des suites du programme de soins : la position de la Cour de cassation

22 novembre - Appel à la grève pour la défense du service public de la Justice

22 novembre - Décret de procédure civile : improvisation, opacité et mépris

22 novembre - Avis relatif à la prise en charge des personnes détenues atteintes de troubles mentaux

21 novembre - Face aux philippiques, grève et action

20 novembre - Printemps de la psychiatrie - Pour soigner sans entrave

20 novembre - Communiqué commun des organisations syndicales représentatives des personnels médicaux hospitaliers et des internes du 20 novembre 2019

20 novembre - Communiqué unitaire : Le Premier ministre ne répond pas à la gravité de la situation

19 novembre - Pour ne plus subir. Lettre ouverte de l'équipe du secteur de psychiatrie d'Asnières. Le 14 novembre 2019

18 novembre - Budget 2020 : Toujours les mêmes écueils !

18 novembre - Nos observations dans le cadre du « Grenelle des violences conjugales »

17 novembre - La Cour de cassation confirme que le contrôle de la légalité d'un placement en chambre d'isolement ne relève pas du JLD

16 novembre - Communiqué Action Praticiens Hôpital - Jeunes Médecins - Santé des migrants : APH-JM s'oppose a toute dégradation des soins