2011-08-31 (jpj/tgi/jld) Une ordonnance de mainlevée d’une mesure d’internement complet avec effet différé, par le JLD de Lyon au premier mois de l’application de la réforme du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/BBiHa ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/163

Document du mercredi 31 août 2011
Article mis à jour le 4 octobre 2011

En pièce jointe une récente décision de mainlevée avec effet différé du Juge des libertés et de la détention de Lyon, du 31 août 2011, issue des nouvelles possibilités ouvertes par la réforme du 5 juillet 2011 de l’internement psychiatrique.

Cette possibilité ouvre ce paradoxe que l’on peut être libéré d’un internement psychiatrique parce que celui-ci est illégal, sans pour autant retrouver pleinement sa liberté, puisqu’en même temps que le juge libérateur constate l’illégalité de l’internement, il donne à l’établissement hospitalier, et/ou à la préfecture, un délai pour organiser la continuation de la contrainte psychiatrique du patient.


PDF - 98.5 ko
2011-08-31 JLD de Lyon, Ordonnance
Mainlevée avec effet différé par le Juge des libertés et de la détention de Lyon

L’on observera, dans cette affaire statuée en audience publique de contrôle obligatoire par le JLD de Lyon dans la salle d’audience spécialement aménagée du CHS du Vinatier, que la requérante était représentée par son avocat (choisi) et par sa personne de confiance (son compagnon), et que manifestement au cours de cette audience elle n’était pas bien. L’effet différé de 24h donné à la mise à effet de la mainlevée de sa mesure de S.D.T. (Soins à la Demande d’un Tiers) est pour beaucoup dû à cela.

Néanmoins l’on voit qu’il s’agit d’un biais ouvert par la réforme du 5 juillet 2011 des « soins » psychiatriques, par lequel un juge des libertés et de la détention poussé à constater une violation de droit formel dans une mesure d’internement psychiatrique qu’il doit contrôler sur un délai de contrôle judiciaire obligatoire (quinzaine ou 6 mois) et ce alors même qu’il est conclu au bien fondé de la mesure, peut ordonner une mainlevée avec effet différé, de sorte de laisser 24h de délai à l’hôpital et/ou à la préfecture, pour décider un changement de type de mesure de contrainte (soins contraints ambulatoires, ou hospitalisation à temps partiel, ou nouvelle mesure de contrainte, ou soins libres si le consentement est négociable). Avant cette réforme cette possibilité n’existait pas. Le JLD accordait la sortie ou rejetait la demande. Il n’avait pas d’autre alternative.

Le biais de l’effet différé de 24 heures de la décision de mainlevée rend plus complexe la défense de l’interné, puisqu’il entraîne, si l’on veut obtenir une mainlevée complète de la contrainte, à engager d’autres procédures de mainlevée et/ou d’annulation de la mesure de soins sans consentement qui prend le relais de la mesure antécédente levée avec effet différé.

On est donc bien devant une complexification du droit en la matière.


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Tribune : La justice des enfants et adolescents en question

14 février - Grand débat : cause toujours !

14 février - Mission flash psychiatrie : encore raté !

13 février - Plafonnement des indemnités et Greffe des Conseils de prud’hommes, le Gouvernement s’acharne contre les salariés et les juges, mais ils résistent.

12 février - Le traitement judiciaire du mouvement des Gilets Jaunes : un droit d’exception ?

6 février - Publication de rapports de visite

6 février - Communication - Mission flash sur le financement de la psychiatrie

4 février - Les avocat.e.s doivent pouvoir défendre les étrangers à Mayotte

4 février - GREVE GENERALE LE 5 FEVRIER 2019

1er février - Justice hors la loi : une audience illégale au sein du centre de rétention de Toulouse

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 6 : Les parents des jeunes délinquants sont démissionnaires.

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 5 : Les enfants roms sont tous des voleurs

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 4 : Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

1er février - Contre la destruction du service public et l'atteinte aux libertés : Manifestation nationale à Paris le 5 février !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

31 janvier - Soirée débat : Un nouveau printemps des luttes, le 29 mars 2019 Espace Grammont à Besançon

31 janvier - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly (Guyane)

30 janvier - Suppression de l'ordonnance du 2 février 1945 en catimini

30 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 3 : la justice des mineurs est lente

29 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 2 :Les jeunes entrent dans la délinquance de plus en plus tôt

28 janvier - Recueil des obligations déontologiques du magistrat diffusé par le CSM : notre décryptage

28 janvier - Appel de l'AG Psychiatrie, Social, Médico-Social en Lutte ! - Construisons la suite de la journée nationale pour une psychiatrie humaine du 22 janvier 2019

28 janvier - Laissons à Agnès Buzyn l'austérité hivernale, et mettons le cap vers un Printemps de la psychiatrie !

28 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 1 : l'ordonnance de 45 n'est plus adaptée