2011-07-27 (art/dp) Agence Presse Médicale (APM) Hospitalisation sous contrainte : le Conseil d’État annule un décret, obsolète au premier août 2011 • Interview d’André Bitton pour le CRPA

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/PJvxc ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/145

Document du mercredi 27 juillet 2011
Article mis à jour le 10 février 2015

Voir également à ce sujet l’article précédent de notre site : 2011-07-26 (jpa/ce/can/d) Le Conseil d’État annule le décret du 20 mai 2010 relatif à la procédure de sortie immédiate des personnes hospitalisées sans leur consentement .

On notera dans cette dépêche que l’action du CRPA, en relève du Groupe Information Asiles (GIA), est actée.

« Agence Presse Médicale (APM)

Mercredi 27 juillet 2011 - 11:40

Hospitalisation sous contrainte : le Conseil d’État annule un décret, obsolète au 1er août [2011]

par Hélène Mauduit, Grand reporter.

Le Conseil d’État a annulé mardi le décret du 20 mai 2010 sur la procédure de sortie immédiate des personnes en hospitalisation sous contrainte en psychiatrie.

Le recours en excès de pouvoir avait été déposé en juillet 2010 par le Groupe information asiles (GIA) (cf. APM HMNI1004). L’association de défense des droits des usagers de la psychiatrie obtient 2000 euros, que devra lui verser l’État, au titre de remboursement de frais.

Le décret est annulé car il n’a pas prévu l’audition obligatoire d’un avocat en cas d’impossibilité de procéder à l’audition de la personne hospitalisée, indique la décision.

En revanche, le Conseil d’État ne retient pas un autre argument invoqué par le GIA, le fait que les pièces (demande d’admission par un tiers ou arrêté du préfet ou décision judiciaire, tous les certificats ou avis médicaux émis) ne peuvent être que consultées par la personne, et pas copiées, au greffe du tribunal ou dans l’établissement d’hospitalisation. Il estime que cette absence de copie est "sans incidence sur la procédure suivie devant la juridiction administrative".

Cependant, le Conseil d’État annule l’ensemble du décret, et pas seulement la disposition incriminée, et donc des modifications destinées à mettre en conformité la réglementation française avec la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) sur l’examen à bref délai des demandes de sortie immédiate (cf APM HMNEO001).

Le décret n° 2011-846 du 18 juillet 2011, qui définit la procédure judiciaire de mainlevée ou de contrôle des mesures de soins psychiatriques selon la nouvelle loi du 5 juillet 2011 et qui entre en vigueur le 1er août, a déjà pris en compte la présence d’un avocat et reprend les règles d’examen à bref délai, note-t-on.

La décision du Conseil d’État est importante pour les droits des patients, a déclaré mercredi à l’APM André Bitton, à l’origine du recours, ancien président du GIA et qui préside aujourd’hui une autre association de défense des usagers de la psychiatrie, le Cercle de réflexion et de proposition d’action (CRPA).

"L’annulation du décret va permettre de contester des décisions prises entre mai 2010 et fin juillet 2011. Nous pouvons maintenant contester tout blocage, notamment l’accès à un avocat. La décision donne aussi un éclairage de la position future du Conseil d’État sur les procédures devant le JLD. Nous préparons un recours contre le décret du 18 juillet".

NOUVELLE QPC SUR L’H.O. JUDICIAIRE

Par ailleurs, une nouvelle question prioritaire de constitutionnalité (QPC) a été renvoyée mardi par la Cour de cassation au Conseil constitutionnel sur l’hospitalisation d’office (HO) décidée par la justice, a indiqué mercredi le Conseil constitutionnel.

La QPC concerne l’article L. 3213-8 du code de la santé publique qui indique qu’une H.O. judiciaire ne peut être levée que sur les décisions conformes de deux psychiatres n’appartenant pas à l’établissement d’hospitalisation, établissant que "l’intéressé n’est plus dangereux ni pour lui-même ni pour autrui".

"L’intérêt de cette procédure qui porte sur des dispositions qui sont caduques au 1er août [2011] est de fournir des indications pour de futures QPC sur la loi du 5 juillet 2011", estime André Bitton

hm/cb/APM polsan
redaction chez apmnews.com »


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

17 mai - Première victoire relative au fichier biométrique des mineurs non accompagnés !

16 mai - COMMUNIQUE DE PRESSE UNITAIRE Proposition de loi pour l’aide sociale à l’enfance : Un pas en avant… deux pas en arrière… et au final c’est le droit des jeunes qui recule !

16 mai - Réaction ! Le Conseil d’Etat accepte de renvoyer au Conseil Constitutionnel la question de la conformité à la Constitution du fichage des mineur.es isolé.es étranger.es

15 mai - Proposition de loi Bourguignon pour l'aide sociale à l'enfance : un pas en avant...deux pas en arrière...

15 mai - Réforme de la procédure d’appel : les avocats méritent mieux qu’un râteau !

14 mai - L'USP et les élections professionnelles

13 mai - Communiqué commun contre le projet de loi de destruction de la fonction publique

13 mai - 1er mai : Régressions générales, mobilisation générale !

13 mai - Observations auprès de l'IGJ sur le bilan de la procédure d'appel

13 mai - Observations sur les conditions de lutte contre la délinquance économique et financière

13 mai - Nos observations sur le traitement de la criminalité organisée par les JIRS

13 mai - Commission d'avancement : nos revendications, nos actions et notre profession de foi

13 mai - Contributions sur la réforme de la Cour de cassation

13 mai - Communiqué commun : demande d'abrogation du décret autorisant l'échange d'informations entre le fichier Hopsyweb et le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)

10 mai - Se soigner, être fiché, être fliqué

9 mai - Rapport d’activité 2018

6 mai - Prochain CN : le 23 juin 2019

6 mai - Appel à la grève le 9 mai 2019

2 mai - Quand manifester n’est plus un droit mais un risque

2 mai - Pour le 1er mai le SAF célèbre les travailleuses et les travailleurs à sa façon : Plafonnement des indemnités en cas de licenciement injustifié, on ne lâche rien !

2 mai - Projet de protocole additionnel à la convention sur les droits de l’homme et la biomédecine du Conseil de l’Europe

26 avril - JUSTICE INDÉPENDANTE ?

18 avril - Rapport de l’Observatoire toulousain des Pratiques Policières – OPP

16 avril - Le SAF apporte tout son soutien à notre consœur Brigitte JEANNOT et réaffirme son opposition aux vidéo-audiences pour les demandeurs d’asile

15 avril - NON A UNE DECHEANCE DE NATIONALITE DE FAIT! POUR LE RETOUR DES FRANCAIS DU LEVANT! JUSTICE ET HUMANITE!