2011-07-08 (circ) Cour d’appel de Nîmes, Circulaire du Premier président et du Procureur général, Objet : Réforme des soins psychiatriques

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/arnCX ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/136

Document du vendredi 8 juillet 2011
Article mis à jour le 10 février 2015

Voir aussi 2011-07-18 (rég/lég) Décrets d’application du 18 juillet 2011 de la loi du 5 juillet 2011 sur les soins psychiatriques sans consentement.


PDF - 71.6 ko
2011-07-08 (circ) Cour d’appel de Nîmes, Circulaire du Premier président et du Procureur général, Objet : Réforme des soins psychiatriques

N.B. : La ponctuation originale de la circulaire ci-dessous, incohérente s’agissant des virgules, a été corrigée par nos soins. Pour l’original, cf. le Pdf joint au présent article.


RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
COUR D’APPEL DE NÎMES

Nîmes, le 8 juillet 2011

Le Premier président de la Cour d’appel de Nîmes
Le Procureur général près ladite Cour

À

Madame, Monsieur le Président du Tribunal de grande instance d’Alès, Avignon, Nîmes, Carpentras, Mende, Privas

Madame, Monsieur le Procureur de la République près ledit Tribunal

Objet : Réforme des soins psychiatriques.
Réunion du 7 juillet 2011.

Nos références : BB/CB/pppgtgi-soinspsy/8.07.11.

Nous avons l’honneur, comme suite à [sic] la parution de la loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011 et après la réunion qui s’est tenue à la cour avec les représentants de l’ARS [Agence régionale de santé], de formuler les observations suivantes.

Ainsi qu’il s’évince de la lecture de la loi en son Article 1er sous Art. L. 3211-12-2 CSP, « le juge des libertés et de la détention statue au siège du tribunal de grande instance ». Le principe ci-dessus s’impose à nous, même si le juge peut décider sous certaines conditions de statuer dans une salle dans l’établissement de soins.

Pour des raisons tenant à la lettre de la loi et aux contingences qui s’imposent à nous, nous vous demandons de tenir les audiences dans les enceintes de justice, par principe. Il va de soi qu’au regard de situations locales particulières, telles que par exemple des malades en UMD [Unité pour malades difficiles] dont le transport pourrait être difficile, il vous est loisible de dépêcher le JLD [Juge des libertés et de la détention] sur place. Vous vous serez dans ce cas et au préalable, en tout état de cause, assurés de ce que les lieux prévus pour les audiences répondent aux impératifs légaux.

Votre choix de déroger au principe légal et de tenir des audiences dans les établissements sera à l’évidence éclairé par les contraintes en termes d’effectifs et l’impossibilité qui est la nôtre de vous dépêcher du personnel de greffe en sus, pour faire face à des contraintes supplémentaires nées de transports du JLD et du greffier.

En tout état de cause, les malades appelants seront transportés à la cour, le premier président et son délégué en charge du contentieux étant, à l’évidence, dans l’incapacité de se transporter dans les différentes structures du ressort.

Le magistrat référent pour les soins psychiatriques que nous avons désigné est Monsieur l’avocat général Didier Durand.

D’ores et déjà, il a été convenu avec les représentants de l’ARS de faire un bilan à l’automne du fonctionnement du nouveau dispositif légal.

Le Procureur général, Jacques Fayen — Le Premier président, Bernard Bangratz


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 septembre - Qui est responsable de la catastrophe ?

16 septembre - La justice, ça n'est pas que pour les autres

13 septembre - Par-delà les différences de nos statuts et de nos exercices, notre combat pour le droit à une retraite fiable, digne et solidaire est le même !

13 septembre - Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

13 septembre - Bien accueillir, ça urge !

12 septembre - Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit! Soutien à Camille Halut

11 septembre - INDÉPENDANCE DES INSPECTEURS DU TRAVAIL LES ENTRAVES NE DOIVENT PAS ÊTRE PASSÉES SOUS SILENCE !

5 septembre - 33es Journées de l'Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI), à Marseille le 17 et 18 octobre 2019

2 septembre - Nous ne battrons pas en retraite ! Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

29 août - Défense de l'AME, accès inconditionnel aux soins des migrants

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

29 juillet - Fichage des mineur·es isolé·es : le Conseil Constitutionnel ne reconnaît pas l’atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant

26 juillet - Observations devant la mission parlementaire d'information sur le secret de l'enquête et de l'instruction

26 juillet - Fusion/spécialisation des juridictions : notre courrier à la garde des Sceaux

24 juillet - Le parquet selon l'exécutif : « en ligne et à l'aise » avec le pouvoir, mais « indépendant » quand ça dérape

22 juillet - Postes de psychiatres disponibles à l'hôpital Edouard Toulouse de Marseille

19 juillet - Réforme des retraites : pas si simple et plus injuste!

19 juillet - Publication de rapports de visite

18 juillet - Réforme de l’assurance-chômage : une reprise en main de fer par l’Etat conduisant à une précarisation inacceptable des plus fragiles

18 juillet - La marchandisation du cerveau

18 juillet - A pourvoir : poste de psychiatre au Samu social de Paris

18 juillet - BAREME MACRON : UN AVIS… MAIS PAS UN COUP D’ARRET

15 juillet - Vers un renouveau du soin psychique - Soirée débat le 25 juillet 2019 à Aix en Provence

11 juillet - Après les élections