2011-06-06 (jpj/jld) Le Juge des libertés et de la détention de Dijon ordonne la mainlevée d’une HDT au motif d’illégalités de procédure

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/ArUcz ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/160

Document du lundi 6 juin 2011
Article mis à jour le 16 novembre 2011

Nous sommes désormais dans une époque où, depuis le 1er août 2011, avec les contrôles devenus légalement obligatoires de quinzaine et de 6 mois des internements psychiatriques, les Juges des libertés et de la détention (JLD) interviennent dans les hospitalisations sans consentement, et où ils se contentent d’ailleurs le plus souvent d’enregistrer les certificats médicaux qu’on leur présente sans examiner la légalité de la procédure menée…

Dans une époque également où les avocats de permanence non formés à ce genre de contentieux se contentent de ces mêmes certificats médicaux sans aller voir plus avant les illégalités présentes au dossier d’internement pourtant tenu par le greffe du Juge des libertés et de la détention.

Face à cet état de fait, cette décision de sortie judiciaire d’HDT, parmi d’autres d’ailleurs, rappelle opportunément que la défense juridique des patients psychiatriques internés se fait d’après les illégalités de droit, et singulièrement de droit formel, présentes dans les pièces du dossier. Les avocats en présence doivent donc se faire produire ces pièces par copies, ou à défaut les consulter, sous l’angle des illégalités que ces dossiers contiennent, et soutenir leurs conclusions et leurs plaidoiries moyennant ces illégalités à partir desquelles ils doivent amener le magistrat à statuer.


Voir également :
— 2011-06-01 (jpa/ta/can) Pour le Tribunal administratif de Paris, la qualité d’ami ne suffit pas pour qualifier un tiers demandeur à l’hospitalisation sur demande d’un tiers
— 2011-05-06 (jpj/jld) Une décision judiciaire de mainlevée d’hospitalisation à la demande d’un tiers (H.D.T.) — Juge des libertés et de la détention de Paris.

PDF - 506.6 ko
2011-06-06 JLD Dijon Ordonnance
Ordonnance de mainlevée d’HDT

Nous citons cette ordonnance : "… À l’audience du 1er juin 2011, Me Petit, pour le compte de Mlle …, relève que la demande d’hospitalisation du tiers ni figure pas au dossier communiqué par le CHS et que le certificat mensuel daté du 26 mai 2011 est tardif puisqu’il devait être pris dans les trois jours précédents l’expiration du mois de l’hospitalisation … ".

"MOTIVATION : Le juge judiciaire est compétent pour apprécier la régularité de la procédure, en sa qualité de gardien de la liberté individuelle, en vérifiant que l’hospitalisation sans consentement était bien nécessaire " …

« … Ces erreurs de procédure consistant en l’absence de la demande du tiers et en un certificat mensuel tardif imposent d’ordonner la mainlevée immédiate de l’hospitalisation sur demande d’un tiers de Mlle … et donc d’ordonner sa sortie immédiate du CHS …

Par ces motifs :
Le juge des libertés et de la détention, statuant en la forme des référés, par ordonnance susceptible d’appel :
— Ordonne la mainlevée immédiate de l’hospitalisation sur demande d’un tiers de Mme … ;
— Ordonne la sortie immédiate de Mme … du CHS …
— Rappelle que l’exécution provisoire est de droit … »

Voir en pièce jointe cette ordonnance au format Pdf.


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

19 septembre - Qui est responsable de la catastrophe ?

16 septembre - La justice, ça n'est pas que pour les autres

13 septembre - Par-delà les différences de nos statuts et de nos exercices, notre combat pour le droit à une retraite fiable, digne et solidaire est le même !

13 septembre - Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

13 septembre - Bien accueillir, ça urge !

12 septembre - Observer l’action de la police et de la gendarmerie est un droit! Soutien à Camille Halut

11 septembre - INDÉPENDANCE DES INSPECTEURS DU TRAVAIL LES ENTRAVES NE DOIVENT PAS ÊTRE PASSÉES SOUS SILENCE !

5 septembre - 33es Journées de l'Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI), à Marseille le 17 et 18 octobre 2019

2 septembre - Nous ne battrons pas en retraite ! Ensemble à Paris le 16 septembre prochain pour un système de retraite juste et solidaire !

29 août - Défense de l'AME, accès inconditionnel aux soins des migrants

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

21 août - Le « Guide du manifestant arrêté » mis à jour (août 2019)

29 juillet - Fichage des mineur·es isolé·es : le Conseil Constitutionnel ne reconnaît pas l’atteinte à l’intérêt supérieur de l’enfant

26 juillet - Observations devant la mission parlementaire d'information sur le secret de l'enquête et de l'instruction

26 juillet - Fusion/spécialisation des juridictions : notre courrier à la garde des Sceaux

24 juillet - Le parquet selon l'exécutif : « en ligne et à l'aise » avec le pouvoir, mais « indépendant » quand ça dérape

22 juillet - Postes de psychiatres disponibles à l'hôpital Edouard Toulouse de Marseille

19 juillet - Réforme des retraites : pas si simple et plus injuste!

19 juillet - Publication de rapports de visite

18 juillet - Réforme de l’assurance-chômage : une reprise en main de fer par l’Etat conduisant à une précarisation inacceptable des plus fragiles

18 juillet - La marchandisation du cerveau

18 juillet - A pourvoir : poste de psychiatre au Samu social de Paris

18 juillet - BAREME MACRON : UN AVIS… MAIS PAS UN COUP D’ARRET

15 juillet - Vers un renouveau du soin psychique - Soirée débat le 25 juillet 2019 à Aix en Provence

11 juillet - Après les élections