2011-06-06 (jpj/jld) Le Juge des libertés et de la détention de Dijon ordonne la mainlevée d’une HDT au motif d’illégalités de procédure

• Pour citer le présent article : http://goo.gl/ArUcz ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/160

Document du lundi 6 juin 2011
Article mis à jour le 16 novembre 2011

Nous sommes désormais dans une époque où, depuis le 1er août 2011, avec les contrôles devenus légalement obligatoires de quinzaine et de 6 mois des internements psychiatriques, les Juges des libertés et de la détention (JLD) interviennent dans les hospitalisations sans consentement, et où ils se contentent d’ailleurs le plus souvent d’enregistrer les certificats médicaux qu’on leur présente sans examiner la légalité de la procédure menée…

Dans une époque également où les avocats de permanence non formés à ce genre de contentieux se contentent de ces mêmes certificats médicaux sans aller voir plus avant les illégalités présentes au dossier d’internement pourtant tenu par le greffe du Juge des libertés et de la détention.

Face à cet état de fait, cette décision de sortie judiciaire d’HDT, parmi d’autres d’ailleurs, rappelle opportunément que la défense juridique des patients psychiatriques internés se fait d’après les illégalités de droit, et singulièrement de droit formel, présentes dans les pièces du dossier. Les avocats en présence doivent donc se faire produire ces pièces par copies, ou à défaut les consulter, sous l’angle des illégalités que ces dossiers contiennent, et soutenir leurs conclusions et leurs plaidoiries moyennant ces illégalités à partir desquelles ils doivent amener le magistrat à statuer.


Voir également :
— 2011-06-01 (jpa/ta/can) Pour le Tribunal administratif de Paris, la qualité d’ami ne suffit pas pour qualifier un tiers demandeur à l’hospitalisation sur demande d’un tiers
— 2011-05-06 (jpj/jld) Une décision judiciaire de mainlevée d’hospitalisation à la demande d’un tiers (H.D.T.) — Juge des libertés et de la détention de Paris.

PDF - 506.6 ko
2011-06-06 JLD Dijon Ordonnance
Ordonnance de mainlevée d’HDT

Nous citons cette ordonnance : "… À l’audience du 1er juin 2011, Me Petit, pour le compte de Mlle …, relève que la demande d’hospitalisation du tiers ni figure pas au dossier communiqué par le CHS et que le certificat mensuel daté du 26 mai 2011 est tardif puisqu’il devait être pris dans les trois jours précédents l’expiration du mois de l’hospitalisation … ".

"MOTIVATION : Le juge judiciaire est compétent pour apprécier la régularité de la procédure, en sa qualité de gardien de la liberté individuelle, en vérifiant que l’hospitalisation sans consentement était bien nécessaire " …

« … Ces erreurs de procédure consistant en l’absence de la demande du tiers et en un certificat mensuel tardif imposent d’ordonner la mainlevée immédiate de l’hospitalisation sur demande d’un tiers de Mlle … et donc d’ordonner sa sortie immédiate du CHS …

Par ces motifs :
Le juge des libertés et de la détention, statuant en la forme des référés, par ordonnance susceptible d’appel :
— Ordonne la mainlevée immédiate de l’hospitalisation sur demande d’un tiers de Mme … ;
— Ordonne la sortie immédiate de Mme … du CHS …
— Rappelle que l’exécution provisoire est de droit … »

Voir en pièce jointe cette ordonnance au format Pdf.


Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

14 février - Tribune : La justice des enfants et adolescents en question

14 février - Grand débat : cause toujours !

14 février - Mission flash psychiatrie : encore raté !

13 février - Plafonnement des indemnités et Greffe des Conseils de prud’hommes, le Gouvernement s’acharne contre les salariés et les juges, mais ils résistent.

12 février - Le traitement judiciaire du mouvement des Gilets Jaunes : un droit d’exception ?

6 février - Publication de rapports de visite

6 février - Communication - Mission flash sur le financement de la psychiatrie

4 février - Les avocat.e.s doivent pouvoir défendre les étrangers à Mayotte

4 février - GREVE GENERALE LE 5 FEVRIER 2019

1er février - Justice hors la loi : une audience illégale au sein du centre de rétention de Toulouse

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 6 : Les parents des jeunes délinquants sont démissionnaires.

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 5 : Les enfants roms sont tous des voleurs

1er février - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 4 : Les filles sont plus violentes et de plus en plus nombreuses à commettre des délits

1er février - Contre la destruction du service public et l'atteinte aux libertés : Manifestation nationale à Paris le 5 février !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

1er février - Dans la rue le 5 février - Défendre les conditions de travail des soignant.e.s, c'est défendre la santé, c'est défendre un accès aux soins équitables pour toutes et tous sur tout le territoire !

31 janvier - Soirée débat : Un nouveau printemps des luttes, le 29 mars 2019 Espace Grammont à Besançon

31 janvier - Recommandations en urgence relatives au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly (Guyane)

30 janvier - Suppression de l'ordonnance du 2 février 1945 en catimini

30 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 3 : la justice des mineurs est lente

29 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 2 :Les jeunes entrent dans la délinquance de plus en plus tôt

28 janvier - Recueil des obligations déontologiques du magistrat diffusé par le CSM : notre décryptage

28 janvier - Appel de l'AG Psychiatrie, Social, Médico-Social en Lutte ! - Construisons la suite de la journée nationale pour une psychiatrie humaine du 22 janvier 2019

28 janvier - Laissons à Agnès Buzyn l'austérité hivernale, et mettons le cap vers un Printemps de la psychiatrie !

28 janvier - Idée fausse sur la justice des mineurs numéro 1 : l'ordonnance de 45 n'est plus adaptée