2011-03-09 (cm) Le CRPA APPELLE À MANIFESTER le 15 MARS 2011 contre le projet de réforme des soins psychiatriques, avec le Collectif Mais c’est un Homme, et le Collectif des 39, devant l’Assemblée nationale, place Édouard-Herriot, 16h-20h • ARTICLE MIS À JOUR LE 16 MARS 2011

Pour citer le présent article : http://goo.gl/VmAMY ou http://psychiatrie.crpa.asso.fr/53

Document du mercredi 9 mars 2011
Article mis à jour le 10 février 2015

Mise à jour le 16 mars 2011 :
Quelques échos de la manifestation du 15 mars 2011 :
— Sur le site du « Collectif des 39 » (vidéo),
— Sur le site « LCP La Chaîne Parlementaire - Assemblée nationale » (reportage vidéo).


C.R.P.A. — Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie
Association régie par la loi du 1er juillet 1901
RNA Nº W751208044
14, rue des Tapisseries, 75017 Paris
Tél. 01 47 63 05 62 | http://crpa.asso.fr
Représentée par son président André Bitton, même adresse
andre.bitton2 chez orange.fr

Paris, le 9 mars 2011

Pour les adhérent(e)s et contacts du C.R.P.A. Île-de-France.

Tous au RASSEMBLEMENT devant l’Assemblée Nationale, place Édouard-Herriot, Paris 7e, Métro Assemblée Nationale, mardi 15 mars 2011, 16h, contre le projet de réforme des soins psychiatriques gouvernemental, dont le Parlement débat à partir du 15 mars !

Cette manifestation est initiée par l’Appel du Collectif des “39” contre la Nuit Sécuritaire et par l’Appel du Collectif Mais c’est un Homme…, composés de nombreuses organisations associatives, syndicales et politiques. Le même jour un grand nombre de syndicats de psychiatres hospitaliers et de personnels soignants appellent les personnels exerçant en psychiatrie à faire grève. Certains de ces syndicats appellent également à cette manifestation du 15 mars, dont Sud Santé Sociaux et dont l’Union syndicale de la psychiatrie, USP.

Nous ne sommes malheureusement que peu d’associations dites « d’usagers » à participer à cet appel à manifestation.

Je vous appelle donc à vous joindre à nous mardi 15 mars prochain, devant l’Assemblée nationale, contre ce projet de réforme de l’hospitalisation et des soins psychiatriques contraints, que le gouvernement entend mettre en œuvre, qui est dramatiquement sécuritaire en même temps qu’il légalise la « contrainte aux soins en ambulatoire » (les traitements psychiatriques contraints hors les murs), tout en rendant la levée de ces mesures plus difficiles et plus complexes qu’auparavant.

Ce projet de réforme inclut un semblant de judiciarisation partielle des mesures de contrainte psychiatrique, tout en maintenant le caractère administratif de ces mesures, et en réduisant à un rôle de simple enregistreur le Juge des libertés et de la détention qui n’aura à statuer sur ces mesures qu’au bout de 15 jours puis tous les 6 mois, pour la seule hospitalisation sans consentement, sans qu’il puisse intervenir dans l’instauration des soins sans consentement dès lors que ceux-ci ont cours hors les murs. Sans non plus que les patients livrés à l’arbitraire administratif et médical puissent se faire valablement entendre.


Voir aussi :

— 2011-03-07 (art-let) Appel à grève et manifester le 15 mars 2011 contre le projet de loi sur les soins psychiatriques • Par le Collectif Mais c’est un Homme • Lettre ouverte aux soignants, sur ce projet de loi

— 2011-03-04 (dp) Dépêche APM • Les quatre syndicats et intersyndicats de psychiatres publics ont appelé à une grève mardi 15 mars 2011, premier jour de la discussion à l’Assemblée nationale du projet de loi sur les soins sous consentement

— breve 3


Publications

Derniers articles publiés

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

22 mars - Une parodie de justice – 18 avocats turcs condamnés à de longues peines de prison, 159 ans, 1 mois, 30 jours au total

22 mars - Contre l'usage du LBD : une QPC déposée devant le Conseil d'Etat par plusieurs organisations

22 mars - Les examens osseux déclarés conformes à la Constitution : nos organisations continueront d'exiger leur interdiction

22 mars - Décision du Conseil constitutionnel sur la réforme de la justice : des victoires sur les libertés fondamentales, au goût amer

21 mars - Contre l’usage du LBD : la CGT, la LDH, le SM, le SAF, l’UNEF, l’UNL, continuent le combat !

20 mars - Liberté pour notre consœur iranienne Nasrin Sotoudeh

20 mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur la loi « visant à renforcer et garantir le maintien de l'ordre public lors des manifestations »

14 mars - Loi dite « anti-casseurs » : le Conseil constitutionnel doit saisir la balle au bond

12 mars - Levons-nous, ils sont devenus fous !

12 mars - Préavis de grève pour le 21 mars 2019

7 mars - Barème « Macron » des indemnités pour licenciement injustifié : Panique à la chancellerie ?

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

7 mars - Une proposition de loi contre la liberté de manifester

6 mars - L'amende forfaitaire pour usage de drogues doit être censurée par le Conseil constitutionnel

1er mars - Notre porte étroite adressée au Conseil constitutionnel sur les lois organique et ordinaire de réforme de la justice

28 février - NON au fichage des mineur.e.s non accompagné.e.s !

28 février - Non au fichage des mineurs non accompagnés et à une réforme de l'ordonnance de 45 sans débat démocratique !

27 février - Permanence « Gilets jaunes » lettre ouverte du SAF au Procureur de la République du TGI de Paris

27 février - Non, maintenir enfermés des innocents n'est pas « classique »

27 février - REFORME DE LA JUSTICE : SONNES MAIS PAS KO LE COMBAT CONTINUE POUR UNE JUSTICE DE QUALITE, ACCESSIBLE, EGALE POUR TOUS ET PROTECTRICE DES LIBERTES ET DES MINEURS

27 février - Parlons d'Europe ! Cycle de conférences organisé par MEDEL

26 février - Lettre ouverte du SAF, ELENA et l’ADDE à la Présidente de la CNDA

26 février - Appel à mobilisation nationale le 21 mars 2019 à Paris

26 février - Manifeste pour l'appropriation sociale du médicament à signer en ligne

25 février - Le procureur de la République de Paris : le maillon faible des garants de la liberté individuelle ?